Programmes militaires Turcs

Article terminé à 85%… écriture en cours des autres sytèmes d’armements

Edit : 19/07/19 ajout système armement

L’industrie militaire turque progresse à une vitesse phénoménale. L’indépendance militaire sera presque atteinte dans la décennie. La quasi-totalité des systèmes et sous-systèmes (càd tous les composants critiques, processeurs, etc) sont indigènes ou en cours d’indigénation.

Président Recep Tayyip Erdogan (discours du 30/04/19) :

Il y’a actuellement plus de 690 projets militaires en cours pour un montant total de 75 milliards de $.

Cet article n’a pas pour but de lister tous les programmes d’armement turcs, c’est impossible. Seul quelques systèmes principaux seront présentés.

L’article sera continuellement mis à jour suivant l’avancement des projets.

Le calendrier de livraison peut subir du retard et des delais, c’est tout à fait normal, cela arrive pour n’importe quel pays, mais les projets stratégiques se poursuivront jusqu’à la fin quoi qu’il arrive. Dans le pire des cas, décaler la date de 3 ans maximum. Le financement des projets est constant et garanti pour les 10 ans à venir au minimum.

Char de combat ALTAY de 3.5+ génération

  • 4 hommes d’équipage
  • Chargement manuel (résistance accrue de fonctionnement même en cas d’impact)
  • Canon principal lisse de 120 mm, longueur du canon L-55 (canon indigène développé à partir du canon L-55 de Rotem, lui même produit sous license allemand)
  • Capacité de tir de missile à guidage laser
  • Blindage spécial composite réactif modulaire à base de carbure de bore
  • Système de conduite de tir de nouvelle génération Aselsan VOLKAN III
  • Système C3I
  • Système d’alerte laser
  • Système d’identification des cibles sur le champ de bataille
  • Protection CBRN
  • Système de survie
  • Système d’extinction d’incendie et de suppression des explosions
  • Système de connaissance situationnelle à 360 degrés
  • Viseurs thermiques et diurnes stabilisés
  • Télémètre laser
  • Systèmes de blindage réactif explosif (ERA) et de blindage à barres
  • Système Soft Kill (rideau de fumée anti-thermique)
  • Système de protection active Hard Kill AKKOR (développé et testé avec succés contre missile Javelin, MILAN, TOW, Kornet)
  • Tourelle télécommandée (12,7mm /7,62mm MG / 40mm AGL)
  • Mitrailleuse coaxiale (7,62mm)
  • Système de visée auxiliaire des artilleurs
  • Groupe auxiliaire de puissance (APU)
  • Brouilleur contre les attaques d’engins explosifs improvisés télécommandés (anti-IED)
  • Système d’observation télescopique surélevé YAMGOZ (EOS)
  • Fonctionnement par submersion de 4m
L’Altay en action…

Bloc T1 (40 unités)

  • Système hard-kill AKKOR
  • Blindage complémentaire

Bloc T2 en 2021 (210 unités)

  • Moteur indigène BMC BATU de 1500hp
  • Système de blindage avançé
  • Compartiment d’isolation de munition
  • Canon à ciblage laser
  • Observations mobiles (drones)

Bloc T3 (750 unités)

  • Tourelle robotique (sans humain)

Modernisation M60-T FIRAT

L’ensemble des 170 chars M-60T ont été modernisés avec du matériel indigène. Ils possèdent désormais des systèmes de protection active PULAT développé par ASELSAN et des systèmes de guerre moderne.

Système de guerre électronique Aselsan KORAL

Le système KORAL soutient la suppression des opérations de défense aérienne ennemie (SEAD) en renforçant la domination de l’information et en fournissant un temps de réponse rapide dans un environnement difficile. KORAL est composé d’un support électronique et d’un système d’attaque électronique montés chacun sur un camion tactique de huit par huit.

Plusieurs systèmes de guerre éléctronique KORAL sont actuellement déployés le long de la frontière syrienne, dont notamment un à Hatay.

Le KORAL a procédé à des milliers de tests contre les appareils ennemis (russes et américains) avec 100% de succés.

Konstantin Sivkov, responsable russe d’apprentissage académiques des questions géopolitiques a admis, du bout des lèvres, au Sputnik Turc que :

Le système KORAL pourrait représenter une menace contre les S-400, en diminuant de 20% sa portée. L’idée même que les missiles du S-400 deviennent aveugle est vraiment terrifiante. Si le KORAL était basé sur un système aéroporté, il serait beaucoup plus efficace.

Le système de guerre éléctronique KORAL possède une portée non-officielle de 470km (voir la capture d’écran d’une vidéo de présentation du ministère des armées turques)

Produit en série depuis 2016

Caractéristiques générales du système de support électronique radar KORAL (ED)

  • Conception modulaire du système
  • Architecture multirécepteurs pour une large bande passante instantanée et haute sensibilité
  • Fréquence et couverture spatiale étendues pour une haute probabilité d’interception
  • Haute précision de mesure des paramètres dans le domaine fréquentiel et temporel (RF, PRI, PW, DOA)
  • Traitement des signaux de menace traditionnels et émergents
  • Identification automatique des menaces à l’aide de la bibliothèque interne
  • Traitement des signaux de menace traditionnels et émergents avec analyse signature éléctromagnétique
  • Identification automatique des menaces à l’aide de la bibliothèque interne de menaces
  • Réponse rapide du système pour la détection à l’aide de récepteurs à large bande
  • Fonctionnement dans un environnement dense et à haute PRF et CW
  • Mesure de direction de haute précision utilisant les deux amplitudes méthodes de comparaison et de rotation de l’antenne DF
  • Fixation de position avec CEP élevé à l’aide de plates-formes multiples

Caractéristiques générales du système d’attaque électronique radar KORAL (ET)

  • Conception modulaire du système
  • Récepteur numérique, générateur de technique et RF numérique intégrés Architecture mémoire
  • Direction rapide du faisceau par l’intermédiaire d’un système d’antenne à réseau phasé
  • Puissance de sortie élevée
  • Amplificateurs à semi-conducteurs multiples
  • Fréquence étendue et couverture spatiale
  • Haute précision de mesure des paramètres
  • Traitement des signaux de menace traditionnels et émergents
  • Brouillage automatique des menaces à l’aide de la bibliothèque de techniques interne
  • Techniques de brouillage et de tromperie multiples
  • Réponse rapide du système et pour le brouillage à l’aide d’unités de réseaux phasés à direction rapide du faisceau

Conditions environnementales

  • Température de fonctionnement : -30 °C / +50 °C
  • Température de stockage : -40 °C / +60 °C
  • Taux d’humidité : 95%
  • Conforme aux normes MIL-STD-810F, MIL-STD-461 E et MIL-STD-464 A

KORKUT 35mm CIWS

Système de défence anti-aérien de courte portée (radar 70km, munition 4km), développé spécialement pour protéger les systèmes anti-aérien de longue portée (Hisar-U, SIPER) des missiles de croisières évoluant à très basse altitude (Tomhawk, etc) et des drones. Il assure aussi une défense aériene contre les hélicoptères et les avions à portée de tir. Produit en série depuis 2017.

Le KORKUT tire une salve (1100/minutes) de munitions 35mm à fragmentation terminale assurant une très haute probabilité d’impact sur la cible (> 90% contre des missiles de croisières de test évoluant à 980km/h)

Une version navale, KORKUT-D a passé les tests avec succés contre une cible à haute vitesse évoluant en rase-motte. Le KORKUT-D va remplacer les Phalanx CIWS sur les prochains navires de guerres turcs.

EDIT 30/04/19

KORKUT-D s’apelle désormais GÖKDENIZ. Lors de la foire aux armements IDEF-19, il a été confirmé que le GÖKDENIZ a été testé avec succés contre les cibles à haute vélocité évoluant à ras de mer

Radar d’alerte avancée très longue portée Aselsan EIRS

Le radar Aselsan EIRS est un radar en bande S de nouvelle génération développé pour l’alerte précoce à longue portée avec son architecture d’antenne AESA et de filtrage spatial numérique haute résolution. EIRS a la capacité de détecter et de suivre les cibles atmosphériques, les missiles balistiques, les missiles antiradiation et les cibles furtives/à faible RCS (F-22, F-35, Su-57, etc) à très longue distance. Production en série en 2021.

  • Portée 700 km
  • Bande S
  • Technologie d’amplificateur de puissance à semi-conducteurs de dernière génération
  • AESA et fltrage spatial numérique haute résolution
  • Classification des cibles
  • Divers modes d’opérations tactiques
  • Système Mod5/S IFF longue portée (compatible avec le STANAG-4193 de l’OTAN)
  • Conformité avec les réseaux de communication tactique
  • Mesures de protection électronique avancées et cybersécurité
  • Contre-mesures contre les missiles anti-radiation

Détection

  • Missile air-air et air-sol
  • Missiles de croisières
  • Missiles balistiques
  • Missile anti-radiation
  • Avions et drone à faible signature radar
  • Hélicoptères etc

Voici ce que donne en terme de portée le radar EIRS d’Aselsan, une fois placée aux quatres coins de la Turquie.

Pods de guerre éléctronique

Pods de guerre éléctronique développé pour assurer la protection et la survie des chasseurs contre les menaces guidées par RF. Equipera les F-16 et futur avions de chasses indigènes. En cours de finalisation.

Capacités

  • Protection électronique contre les menaces guidées par RF,
  • Intégration facile aux avions de combat en tant que module autonome
  • Détection, classification et identification des menaces dans la bande E-J
  • Transmission d’énergie RF permettant des techniques de brouillage trompeur et de bruit dans un environnement de menace dynamique
  • Suivre et brouiller les menaces de manière autonome
  • Antenne AESA
  • Architecture de fichier de données de mission entièrement programmable

Technologies

  • Mesure de fréquence instantanée (IFM),
  • Récepteur numérique Superhet haute sensibilité,
  • Mémoire RF numérique (DRFM),
  • Amplificateurs de puissance à semi-conducteurs (SSPA)
  • Réseau de balayage électronique actif (AESA)
  • Conception aérodynamique à faible coefficient de traînée
  • Qualification et certification
  • SCE et systèmes d’alimentation autonomes

EHPOD
Pod de brouillage d’auto-defence pour F-16

Les systèmes de contre-mesures électroniques (ECM) sont conçus pour brouiller ou tromper les radars. Ils peuvent faire apparaître de fausses cibles aux yeux de l’ennemi, ou faire croire au radar que la vraie cible a disparu ou se déplace de manière aléatoire. Ils sont utilisés efficacement pour protéger les avions des missiles guidés. La plupart des forces aériennes utilisent les ECM pour protéger leur avion des attaques dans un environnement hotile. EHPOD est développé comme un brouilleur d’autoprotection autonome qui comprend des sous-systèmes RWR et ECM. Le récepteur d’alerte radar (RWR) détecte les émissions radioélectriques des systèmes radar, par l’intermédiaire de ses multiples antennes à large bande placées à l’intérieur du pod qui reçoivent les signaux radar. Le récepteur balaie périodiquement la bande de fréquences et détermine divers paramètres des signaux reçus, comme la fréquence, la largeur des impulsions, la direction d’arrivée, la fréquence de répétition des impulsions, etc. En utilisant ces mesures, les signaux sont désentrelacés pour trier le mélange des signaux entrants par type d’émetteur. L’unité ECM, d’autre part, est capable de fonctionner avec une grande largeur de bande instantanée et possède une capacité de mémoire RF numérique. Le comportement spécifique à chaque mission peut être programmé sur le système sur la base d’une analyse des menaces. Le système est conçu pour intercepter et identifier un large éventail de menaces et protéger les aéronefs contre ces menaces grâce à son sous-système ECM avancé et à sa coordination avec le système de distribution de contre-mesures (CMDS) sur la plate-forme mère.

EDPOD
Pod de soutien électronique tactique (ESM)

Le système EDPOD est conçu pour détecter et identifier les menaces radar et pour contribuer à l’ordre de bataille électronique (EOB) en utilisant les informations de géolocalisation. Le système EDPOD détecte les menaces radar avec les récepteurs à large bande et à bande étroite. Il mesure l’angle d’arrivée, la fréquence, la largeur d’impulsion, l’amplitude d’impulsion, l’intervalle de répétition des impulsions, les paramètres de balayage d’antenne et de modulation intra-impulsion. Le système EDPOD calcule les informations de géolocalisation à partir des informations d’angle d’arrivée des signaux radars ennemi. Il enregistre les paramètres d’interception, les informations de géolocalisation, les mots descripteurs d’impulsions (PDW) et les données brutes IF des signaux radars ennemi pour l’analyse post-mission. Le système EDPOD transmet les informations sur les menaces au système de soutien au sol et aux autres EDPOD dans la zone de la mission via le réseau LINK-16. Le système EDPOD permet l’analyse des données enregistrées avec le logiciel du système de support au sol. L’analyse contribue à la mise à jour de la base de données de guerre électronique (GE).

Système de guerre éléctronique aéroporté HAVASOJ

Le HAVASOJ est la version aérienne du KORAL. Le HAVASOJ est un système aéroportée de guerre éléctronique qui servira à supprimer les communications radio, brouiller et détruire les radars ennemi (S-400, liaison radar entre chasseurs, etc)

En Mars 2019, deux avions Bombardier Global 6000 qui serviront de base pour le HAVASOJ sont arrivés dans les locaux de TUSAS en Turquie. Le développement et l’intégration sont en cours.

4 exemplaires seront livrés à partir de 2023.

Le HAVASOJ est une arme unique de très haute technologie. Ce multiplicateur de force stratégique procurera une capacité de brouillage de toutes les communications ennemis et de neutralisation efficace des systèmes de déni d’accés comme les S-400 ainsi que tout système anti-aérien fonctionant par onde radio. La portée d’un système comme le HAVASOJ est largement supérieur au 470km du KORAL.

La Turquie sera le deuxième pays au monde à avoir un tel système, après les américains

Spécifications

  • Supprimer la surveillance de défense aérienne ennemie pendant les opérations des forces aériennes alliées
  • Capacité de détection et de brouillage à longue portée
  • Les équipements, logiciels et algorithmes spéciaux des systèmes de mission critiques sont conçus par ASELSAN.

Sous-systèmes

  • Support électronique RADAR / Sous-système d’attaque électronique
  • Communication Support électronique / Sous-système d’attaque électronique
  • Sous-système d’autoprotection
  • Sous-système de communication et de liaison de données tactiques
  • Sous-système de gestion des missions

Capacités

  • Couverture de fréquence à large bande
  • Puissance de sortie de brouillage élevée
  • Mesure précise de la direction et géolocalisation des signaux RADAR et de communication
  • Technologie AESA
  • Efficace sur les sauts de fréquence, les signaux DSSS et les liaisons de données
  • Capacité d’exécution de missions de longue durée et à haute altitude
  • Coordination des missions en temps réel avec le Centre d’Appui au Sol
  • Capacités de détection et de contre-mesure des menaces RADAR et missiles

Hélicoptère d’attaque T-129 ATAK

La Turquie a acheté la license de l’hélicoptère A129 d’AgustaWestland pour produire une version complètement amélioré sous le nom de T-129 ATAK. Le T-129 est l’un des meilleurs hélicoptères de sa catégorie.

La production en série continue. 90 exemplaires seront produits. Seul le moteur est importé mais TEI est en train de terminer son turbomoteur indigène TS-1400.

Avionique

  • Système de contre-mesure radar et électro-optique IR
  • Système de guerre éléctronique (EW)
  • Pod de visé et de reconnaissance éléctro-optique haute performance Aselsan CATS
  • Système d’alerte radar (RWR)
  • Système d’alerte laser (LWR)
  • Système d’alerte missile (MWR)
  • Système d’affichage monté sur casque AVCI
  • Radar millimétrique de conduite de tir MILDAR (équipera les prochains ATAK-2 et hélicoptère d’attaque lourd)
  • Equipage : 2 : pilote et copilote/artilleur
  • Longueur : 14,54 m
  • Largeur : 3.49 m
  • Hauteur : 3,4 m
  • Hauteur total : 3.95 m
  • Diamètre du rotor principal : 11,90 m
  • Zone du disque : 111,22 m²
  • Masse maximale au décollage : 5065 kg
  • Groupe motopropulseur : 2 × turbomoteur LHTEC CTS800-4A, 1 024 kW (1 373 shp) chacun
  • Hélices : Rotor principal à 5 pales

Performance

  • Vitesse de croisière maximale : 281 km/h
  • Plafond HIGE : 4572 m
  • Vitesse de montée : 13,26 m/s
  • Vitesse de montée verticale : 7,3 m/s
  • Portée : 537 km
  • Plafond de service : 4572 m
  • Endurance : 3 h

Armement

  • Canons : 1× M197 20×102 mm canons rotatifs à trois canons (500 coups)
  • 8x UMTAS (8km) missiles antichars et anti blindés
  • 76×70 mm (2,75″) roquettes classiques
  • 48×70 mm (2,75″) roquettes classiques
  • 16×70 mm (2,75″) CIRIT missile anti-tank laser (8km)
  • 8x STINGER missile anti-aérien
  • 2 réservoirs externes supplémentaires : 294kg chacun
Le T-129 ATAK en action

La version navale du T-129 qui sera stationnée sur les LHD (TCG-ANADOLU) utilisera très probablement des missiles guidés anti-navires TEMREN blok-1 et blok-2. La variante Blok-2 aura une portée supérieure à 50 km si les derniers rapports sont vrais. Les trajectoires de frappe des missiles TEMREN doivent rester hors de portée des missiles RAM lors du ciblage des navires ennemis.

Turbomoteur TS-1400

TEI est en train de développer un turbomoteur TS-1400 indigène de 1400 shp conçu pour l’hélicoptère T-129, les prochains hélicoptères ATAK 2 et hélicoptère multi-rôle Gökbey (T-625)

Grâce à ce turbomoteur, TEI va ensuite développer pour l’Helicoptère d’Attaque Lourd un autre turbomoteur de 2000 shp qui s’appellera probablement TS-2000.

Il a été entièrement conçu et développé par les ingénieurs de TEI. Le TS-1400 permettra de nullifier totalement le risque d’ambargo américain sur la vente d’hélicoptère ATAK pour le Pakistan.

Les pré-prototypes sont en cours de test. Le turbomoteur a atteint les 27000 tours par minute sans problème.

Le TS-1400 sera produit en série en 2021 pour être utilisé d’abord sur l’hélicoptère multi-rôle Gökbey (T-625) en 2021 et le prochain hélicoptère ATAK-2 en 2024.

Radar de conduite de tir millimétrique Meteksan MILDAR

Le MILDAR, qui est développé comme radar de conduite de tir, se caractérise par sa petite taille, son poids et sa faible consommation d’énergie (SWAP).

Dans le cadre des fonctionnalités principales du MILDAR en matière de ciblage et de profilage du terrain, la propriété LPI (Low Probability of Intercept), le saut de fréquence, la capacité Track-While-Scan, la poursuite de cibles multiples, le poids et la taille réduits avec la technologie « Embedded Waveguide » par rapport à ses concurrents, sont les caractéristiques principales du radar MILDAR.

Le MILDAR, dont la fréquence de fonctionnement est en bande Ka, fournit une résolution angulaire et de portée précise pour les cibles au sol, y compris les chars de combat principaux (MBT), les véhicules blindés de combat (AFV) et les véhicules blindés de transport de troupes (APC) dans un rayon de 12 km, pour les cibles aériennes, notamment les hélicoptères et véhicules aériens sans pilote (UAV) dans un rayon de 8 km. Il fournit également une fonction de classification des cibles basée sur les vitesses cibles. Les capacités du MILDAR visent à accroître la létalité et la capacité de survie de l’hélicoptère T129 ATAK. Le MILDAR améliore considérablement la capacité de combat du T129.

Les pilotes éprouvent de grandes difficultés à assurer la sécurité des vols par faible visibilité et à basse altitude. Le MILDAR facilite la tâche des pilotes dans ces conditions en leur permettant d’établir le profil du terrain pour la zone au-dessus de laquelle l’hélicoptère naviguera. En mode profilage de terrain, le MILDAR crée un profil de terrain comprenant la topologie du terrain et les obstacles naturels/artificiels au-dessus du terrain jusqu’à 2,5 km de portée. La fonction de profilage du relief du MILDAR contribue grandement à la connaissance situationnelle du pilote pendant les vols à basse altitude.

Son seul concurrent existant à ce jour est le radar AN/APG-78 Longbow équipant l’hélicoptère AH-64 Apache. Le directeur marketing de Meteksan, M. Burak, a donné quelques détails sur Mildar. Il a été prouvé lors d’essais sur le terrain que le radar MilDAR MMW est beaucoup plus performant que le radar américain Longbow en termes de portée (12km vs 8km) et de capacités de poursuite multi-cibles. Le Mildar est plus léger et plus petit que le Longbow.

Le développement du radar MILDAR est terminé. Il est prêt à être intégré au T-129. Il semble que l’intégration sera réalisée sur le prochain hélicoptère ATAK-2 et l’Hélicoptère d’Attaque Lourd avec une version encore plus perfomante du radar MILDAR.

Edit 30/04/19

Comme prévu, une nouvelle version encore plus sophistiquée du radar MILDAR a été présenté à l’IDEF-2019. On note un nouveau design et une taille encore plus petite.

Spécifications du mode de ciblage (TM)

  • Fréquence de fonctionnement : bande-Ka
  • Portée @SlowScan : 12 km
  • Portée @FastScan : 8km
  • Nombre de cibles : 50
  • Haute plage de résolution
  • Haute résolution angulaire
  • Traitement cohérent du signal
  • Compression d’impulsions
  • Forme d’onde personnalisée
  • Solid State Technology

Spécifications du mode de profilage du terrain (TPM)

  • Couverture : 60° – 120°.
  • Portée minimale (Rmin) : 100m
  • Portée maximale (Rmax) : 2500m

Autres spécifications

  • Bus Avionique : MIL-STD-1553B
  • Contrôle : VMFD-68
  • Poids : 55 kg
  • Taille : 750x750x750x750mm

Conditions environnementales

  • Température de fonctionnement : -35°C – +55°C
  • Température de stockage : -35°C – +65°C
  • Vibration : MIL-STD-810F
  • EMI/EMC : MIL-ST-461F
  • Caractéristiques de puissance : MIL-STD-704E
  • Humidité relative (en fonctionnement) : 95 %

Hélicoptère d’attaque TAI ATAK 2

Anciennement appellé T-129 blok 2, il a ensuite été renommé ATAK-2. C’est une version amélioré du T-129 qui sera 100% indigène, moteur inclus (TS-1400).

Le contrat a été signé le 20 février 2019. Premier vol prévu pour 2021-2022 avec moteur indigène TS-1400. Après qualification des prototypes il sera ensuite produit en série jusqu’en 2026, date d’entrée en service de l’Hélicoptère de combat Lourd qui prendra la relève (voir en bas)

L’ATAK 2 sera un hélicoptère de combat capable de mener à bien ses missions dans des conditions géographiques et environnementales difficiles, avec une capacité de charge utile accrue, des systèmes avioniques modernes, des performances élevées et des coûts de maintenance réduits.

ATAK 2 utilisera les systèmes indigènes tels que

  • logiciel de bord
  • ordinateur de mission
  • HEWS Système de guerre électronique pour hélicoptères
  • systèmes électroniques, avioniques et d’armes
  • Radar de conduite de tir MILDAR
  • transmission
  • systèmes de rotor
  • trains d’atterrissage
  • Moteur turboshat TEI TS-1400

Hélicoptère de combat lourd (+10 tonnes)

Le 22 Février 2019, le ministère des armées et TUSAS ont signé le contrat de développement pour un nouveau hélicoptère d’attaque lourd (pas de nom officiel à l’heure actuelle).

Cet hélicoptère n’est pas l’ATAK-2. C’est un hélicoptère de combat lourd de 10 tonnes similaire à l’AH-64 Apache américain.

Vidéo de présentation HD

Le premier vol est prévu pour 2024 avec production en série en 2026.

Cet hélicoptère de combat lourd nécessitera un turbomoteur de 3000 shp qui sera développé par TEI sur la base du TS-1400.

  • Equipage : 2
  • MTOW : > 10 tonnes
  • Plafond altitude : 6096 m
  • Vitesse maximale > 315 km/h
  • Capacité HOGE : 6000 ft (1829 m), 35°C @MTOW
  • Environnement : -40°C / +50°C (résistant au gel)
  • Blindage : cockpit résiste à l’impact de calibre 12.7mm
  • Capacité en munition : 1200kg (lanceurs exclus)
  • 76×70 mm (2,75″) roquettes classiques
  • 48×70 mm (2,75″) roquettes classiques
  • 16×70 mm (2,75″) CIRIT missile anti-tank laser (8km)
  • x16 Roketsan UMTAS (8km) ou MIZRAK missiles antichars et anti blindés
  • Missiles air-air indigènes
  • Arme laser
  • Conception avionique modulaire
  • Faible signature infrarouge et sonore
  • Système HEHSIS 360 de contre-mesure éléctronique et électro-optique
  • Pod de reconaissance et de ciblage EO/IR/LD/LRF dernière géneration Aselsan DASS
  • Système d’affichage monté sur casque AVCI 2 nouvelle génération (prévu pour 2020)
  • Radar millimétrique de conduite de tir MILDAR
  • Système DIRCM de contre-mesure IR/IIR
  • Système de guerre éléctronique (EW)
  • Système d’alerte radar (RWR)
  • Système d’alerte laser (LWR)
  • Système d’alerte missile (MWR)

Hélicoptère multirôle T625 Gökbey

Le T625 Gökbey est un hélicoptère bimoteur 6 tonnes de nouvelle génération. Les systèmes critiques tels que la transmission, le rotor et les trains d’atterrissage ainsi que les aérostructures sont fabriqués entièrement par TAI.

Le T625 Gökbey a effectué son premier vol d’essai en septembre 2018. Le prototype de Gökbey était propulsé par le turbomoteur CTS800, développé par Light Helicopter Engine Company (LHTEC)

Cependant, la version de production du Gökbey, qui se matérialisera en 2021, s’appuiera sur le TS1400 de TUSAŞ Engine Industries (TEI). Le TS1400 est le turbomoteur national turc, dont le développement a débuté en février 2017. Le TS1400 aura une puissance de sortie de 1 400 shp.

Turkish Aerospace commercialise le Gökbey en tant qu’hélicoptère polyvalent pouvant transporter 12 personnes assises (plus deux équipages). Le Gökbey peut être utilisé à des fins gouvernementales, militaires et commerciales. Il a été conçu pour offrir des « performances exceptionnelles » en conditions extrêmes.

Le T625 est une étape importante vers les objectifs à long terme de la Turquie en matière de développement d’hélicoptères.

Premièrement, elle fournira à Turkish Aerospace une solution clé en main, construite au niveau national, pour le marché commercial et le marché de la défense, ce qui lui permettra de concurrencer Leonardo, Airbus Helicopters, etc. Les préoccupations auxquelles elle est actuellement confrontée en ce qui concerne l’ITAR seront de l’histoire ancienne lorsque le Gökbey sera mis en production.

Deuxièmement, le T625 Gökbey validera le moteur domestique turc, les pièces dynamiques (rotors, transmission, etc.), l’électronique embarquée (Aselsan) et les travaux de développement des aérostructures. Turkish Aerospace a l’intention d’étendre les mêmes sous-systèmes centraux (en particulier les pièces moteur et dynamiques) à son hélicoptère d’attaque de nouvelle génération, l’ATAK-2 et – bien qu’avec une version plus puissante du TS1400 – à son hélicoptère à usage général de 10 tonnes.

  • Longueur : 15.87 m
  • Diamètre rotor : 13.20 m
  • MTOW : 6050 kg
  • Equipage : 2
  • Passagers : 12
  • Réservoir kérosène : 1020 kg
  • Réservoir kérosexe externe : 280 kg
  • Volume cargo : 1.1 m³
  • Vitesse de croisière max : 306 km/h
  • Altitude de service : 6096 m
  • Portée : +740 km / +948 km avec réservoir externe
  • Endurance : +3.8h / +5h avec réservoir externe
  • Moteur : 2 x TS-1400
  • Avionique touchpad Aselsan

Drone Bayraktar TB2 tactique

Plus de 100 drones Bayraktar TB2 sont en service. Plus de 150 drones seront produits.

Caractéristiques

  • Distance de télécontrôle : 150km (pas de liaison satellite)
  • Longueur: 6.5 m
  • Longueur des ailes : 12 m
  • MTOW : 650 kg
  • Propulsion: 1 x Rotax 912 Internal Combustion Engine with Injection, 100 Hp

Performance

  • Vitesse max : 222 km/hr
  • Vitesse de croisière : 129.64 km/hr
  • Altitude de service max: 8000 m
  • Endurance: 24 hours
  • Charge utile : 55 kg
  • Radar à synthèse d’ouverture m-SAR Aselsan

Armement (4 missiles max)

  • x4 missiles MAM C (8km, masse 8.5kg, charge explosive 2,5kg)
  • x4 missiles MAM L (14km, laser, masse 22,5kg, charge explosive 10kg)
  • x4 missile BOZOK (9km, masse 16kg, charge explosive 5kg)

Radar à synthèse d’ouverture m-SAR

Le système de radar à synthèse d’ouverture (SAR) m-SAR est capable de fonctionner dans toutes les conditions météorologiques, ce qui permet l’imagerie radar et la détection de cibles mobiles même par temps nuageux et pluvieux, de jour comme de nuit.

Le radar à synthèse d’ouverture m-SAR a été developpé pour pouvoir être intégré dans divers appareils dont des drones tactiques, hélicoptères, avions..

Il équipera les drones Bayraktar TB2 à partir de la production en série en 2020.

Caractéristiques du système

  • Fonctionnement en bande Ku
  • Léger, compact et agile
  • Installation sur des drones tactiques et UAV ainsi que des aéronefs à voilure fixe et hélicoptères
  • Opérationnel à des altitudes allant jusqu’à 30.000 pieds
  • Installation facile grâce à l’interchangeabilité de l’interface caméra EO/IR
  • Capacité d’imagerie à distance
  • Couverture d’une grande surface
  • Imagerie haute résolution
  • Indicateur de cible mobile au sol (GMTI)
  • Recherche à la surface de la mer
  • Imagerie ISAR des navires
  • Démonter la détection de cible mobile
  • Détection de changements au sol
  • Détection de fils

Caractéristiques techniques

  • Focalision SAR
  • Carte en bandes SAR
  • GMTI (Ground Moving Target Indicator)
  • DMTI (Indicateur de cible mobile démontable)
  • ISAR
  • Recherche en mer
  • Détection cohérente des changementsat

Drone MALE Anka-S

Production en série.

Dimensions

  • Envergure 17,5 m
  • Longueur 8,6 m
  • Hauteur 3,25 m

Performance

  • Endurace 24h
  • Plafond de service 30000 ft (MSL)
  • Portée de la liaison de données +2000 km (satellite)
  • Moteur indigène PD-170 de 170hp (sera augmenté à 220hp)
  • Charge utile 250 kg

Avionique

  • Pod de reconaissance et de ciblage EO/IR/LD/LRF dernière géneration Aselsan DASS
  • Radar à synthèse d’ouverture Aselsan SARPER SAR/ISAR/GMTI
  • SATCOM indigène
  • Système de renseignement éléctromagnétique ELINT /ESM / COMINT / DF / IMINT / SIGINT
  • Système IFF (ami/ennemi) indigène

Armement

  • UMTAS missiles antichar (8km, masse 37,5kg)
  • CİRİT (8km laser)
  • MAM C (8km, masse 8.5kg, charge explosive 2,5kg)
  • MAM L (14km, laser, masse 22,5kg, charge explosive 10kg)
  • BOZOK (9km, masse 16kg, charge explosive 5kg)

Aselsan CATS

CATS est un système de reconnaissance, de surveillance et de ciblage électro-optique haute performance conçu pour les plates-formes aéroportées à voilure fixe ou tournante, y compris les systèmes aériens sans pilote (UAV), hélicoptères et avions.

Caractéristiques principales

  • Ouverture commune avec un diamètre de 220mm
  • Très grande ouverture pour les FOVs étroits et les FOVs très étroits des caméras IR, HDTV et LL-NIR
  • Une plus grande ouverture signifie plus de lumière et donc une meilleure qualité d’image et une meilleure portée.

Résolutions du capteur IR : 640×512 / TV : 1920×1080 / LL-NIR : 640×480

Champs de vision (FOV) :
(Horizontal)
IR : 0,5° – 0,9° – 3,2° – 30° IR : 0,5° – 0,9° – 3,2° – 30
TV : 0,5° – 0,9° – 3,2° – 30° TV
LL-NIR : 0,5°.

Champ du regard (FOR) :
Azimut : 360° continu
Élévation : De +10° à -105°.

Télémètre laser et désignateur de cible
Portée : jusqu’à 25 km
Longueur d’onde : 1064 nm
Taux de répétition : jusqu’à 20 Hz

Pointeur et illuminateur laser
Pointeur laser : Longueur d’onde : NIR
Illuminateur laser : Longueur d’onde : NIR

Fonctionnement : -54°C à +50°C
Stockage : -55°C à +70°C

Aselsan DASS

Aselsan a développé DASS, un système de reconnaissance, de surveillance et de ciblage électro-optique haute performance de nouvelle génération. C’est la nouvelle version du CATS. Plus d’information à venir.

Production en série en 2020.

Radar à synthèse d’ouverture SARPER

Le radar à synthèse d’ouverture (SAR) est capable de fonctionner dans toutes les conditions météorologiques. Ceci permet l’imagerie radar et la détection de cibles en mouvement, même par temps nuageux et pluvieux, de jour comme de nuit.

Le radar à synthèse d’ouverture d’ASELSAN est un système radar aéroporté destiné à l’imagerie terrestre haute résolution et à la détection de cibles mobiles au sol. Les systèmes SAR sont précieux dans les applications de surveillance aérienne, car ils permettent une imagerie efficace 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, dans toutes sortes de conditions météorologiques défavorables. Le système ASELSAN offre la meilleure résolution possible dans sa catégorie.

Trois modes de fonctionnement distincts permettent une utilisation flexible en fonction des exigences de la mission. Le mode Spotlight fournit une image haute résolution d’une zone d’intérêt spécifique, le mode Stripmap offre une image de zones plus larges et les modes GMTI permettent la détection de cibles en mouvement au sol. Le système utilise une approche de conception modulaire et peut donc être intégré de manière pratique sur divers avions pilotés et non pilotés. Le radar peut être utilisé dans une variété d’applications militaires et civiles impliquant la surveillance aéroportée et l’imagerie.

Caractéristiques

  • Opérationnel à des altitudes allant jusqu’à 30.000 pieds
  • Positionnement et stabilisation automatique de l’antenne
  • Compensation automatique du mouvement
  • Images SAR haute résolution de la surface de la Terre
  • Détection de cibles en mouvement sur terre et en mer
  • Sortie de données d’images SAR & ISAR au format STANAG 7023
  • Sortie des données GMTI & Sea Search au format STANAG 4607
  • Conçu pour être utilisé sur des plates-formes aéroportées habitées et non habitées
  • Conception Radom spécifique à la plate-forme
  • Capacité de test intégré (BIT)
  • Respect des normes militaires
  • Facilement intégrable aux véhicules aériens habités et non habités
  • Mode Stripmap pour l’imagerie à grande surface,
  • Mode Spotlight pour des images haute résolution,
  • Mode GMTI (Ground Moving Target Indicator) pour la détection d’objets en mouvement,
  • Mode de recherche en mer pour la détection de cibles à la surface de la mer,
  • Mode ISAR (Inverse SAR) pour l’imagerie de cibles à la surface de la mer.
  • Mode de recherche en mer à 360°
  • Fréquence de fonctionnement : Fréquence de transmission en bande X
  • Portée maximale de 37 km
  • Antenne réseau à guide d’ondes fendue

Les essais d’intégration et de qualification de SARPER™, le premier système turc de radar à synthèse d’ouverture développé par ASELSAN ont été achevés avec succès en 2016 sur un drone MALE ANKA. La production en série de SARPER™, qui est pleinement opérationnel se poursuit.

Moteur turbodiesel PD170

Tusaş Engine Industries (TEI) a terminé le développement de son moteur turbodiesel PD170 destiné aux drones ANKA et AKSUNGUR.

Le PD170 a une puissance de sortie de 170 ch (jusqu’à 20 000 pieds). Il équipe déjà les drones ANKA et AKSUNGUR.

Des versions de 220hp et de 550hp qui vont augmenter l’altitude et la charge utile sont en cours de développement.

Drone MALE AKSUNGUR

Le drone AKSUNGUR (ou ANKA 2) est un drome MALE développé par TAI. Les derniers tests sont en cours avant la production en série fin 2019.

  • 40 heures d’endurance
  • 40 000 pieds d’altitude
  • 3,3 tonnes MTOW
  • Charge utile : 750 kg
  • Moteur x2 TEI PD170 (amélioré prochainement par x2 PD220 hp)

Munitions

  • Bombes miniatures (MB) (+110km, GPS/INS, CEP < 10m)
  • Bombes MK-82 (227kg) sur kit de guidage laser LGK (12km, CEP <10m)
  • Bombes MK-82 (227kg) sur kit de guidage HGK (28km, GPS/INS, CEP <6m)
  • Bombes MK-82 (227kg) sur kit de guidage KGK (110km, GPS/INS, CEP <10m)
  • Bombes MK-83 (460kg) sur kit de guidage KGK (110km, GPS/INS, CEP <10m)
  • UMTAS missiles antichar (8km, masse 37,5kg)
  • MAM L (14km, laser, masse 22,5kg, charge explosive 10kg)
  • Bombes MK-81 (119kg) sur kit de guidage TEBER-81 (28km, GPS/INS/LASER, CEP <3m)
  • Bombes MK-82 (227kg) sur kit de guidage TEBER-82 (28km, GPS/INS/LASER, CEP <3m)
  • Cirit missile (8km, laser)

Avionique

  • Pod de reconaissance et de ciblage EO/IR/LD/LRF dernière géneration Aselsan DASS
  • Radar à synthèse d’ouverture Aselsan SARPER SAR/ISAR/GMTI
  • SATCOM indigène
  • Système de renseignement éléctromagnétique ELINT /ESM / COMINT / DF / IMINT / SIGINT
  • Système IFF (ami/ennemi) indigène
  • Bouée directionnelle passive de détection sous-marine SONOBUOY
  • Pod de détection d’anomalie magnétique (MAD Boom) (lutte anti-soumarine)
  • Relais radio V/UHF

La bouée Sonoboy est larguée par le drone et servira à la lutte anti-sousmarine.

Un seul AKSUNGUR pourra remplir une multitude de mission pendant 40h d’affilée sur une très grande superficie. La Turquie utilise déjà des versions navales de l’ANKA mais le drone AKSUNGUR sera bien plus performant, notamment pour surveiller en temps réel la mer égé et la méditérannée.

Les systèmes de renseignement éléctromagnétique seront un atout considérable pour surveiller l’activité ennemi, par tout temps et pendant de longue durée.

Drone MALE BAYRAKTAR AKINCI

Le drone MALE AKINCI est fabriqué par BAYKAR Makina. Le développement est presque terminé. Il sera produit en série fin 2019.

Ce drone est une étape très importante vers la conception de drone HALE évoluant à très haute altitude (60000 ft). Le nombre de drones d’attaques/renseignements lourd type MALE équipés de matériel à la pointe de la technologie est en constante augmentation. D’ici quelques années la Turquie disposera probablement de la deuxième flotte de drone au monde (après les américains).

Un seul drone AKINCI pourra mener des missions très variées, du renseignement optique, éléctromagnétique, attaque terrestre et naval (missile de croisière anti-navire SOM-A).

La Turquie prévoit la production d’un nombre considérable d’AKINCI. Il faut imaginer un escadron d’AKINCI patrouillant terre, mer, ciel, équipé chacun de radar AESA, de missile de croisière furtif de 250km de portée (SOM-A) et de missile air-air (missiles indigènes Göktüg)…

Ces drones permettront de soulager les F-16, apportant un soutien opérationnel constant 24/24h dans toutes les conditions et pour toutes les situations (renseignements, attaque, recherche, etc).

La Turquie va pallier partiellement le déficit du F-35 par ces drones MALE et HALE (en développement), par la modernisation des F-16 (programme ÖZGÜR indigène en cours pour ramener les F-16 au niveau block 70) et par le MIUS (Système d’avion sans pilote, voir plus loin), en attendant la production des avions de chasse indigènes Hürjet et MMU TF-X.

  • Longueur : 12,3 m
  • Hauteur : 4,1 m
  • Envergure : 20 m
  • MTOW : 4.500 kg
  • Charge utile : 900 kg externe, 450 kg interne, total 1400 kg
  • Endurance : 24 heures
  • Portée : +2000km (satellite)
  • Plafond de service : 40.000 pieds
  • Moteur : 2 x 550 hp

Avionique

  • Radar multirôle AESA (recherche aérienne, synthèse d’ouverture SAR/ISAR/GMTI, météorologique)
  • Pod de reconaissance et de ciblage EO/IR/LD/LRF dernière géneration Aselsan DASS
  • SATCOM indigène
  • Système de renseignement éléctromagnétique ELINT /ESM / COMINT / DF / IMINT / SIGINT
  • Système IFF (ami/ennemi) indigène
  • Bouée directionnelle passive de détection sous-marine SONOBUOY
  • Pod de détection d’anomalie magnétique (MAD Boom) (lutte anti-soumarine)
  • Relais radio V/UHF

Munitions

  • Bombes miniatures (MB) (100km, GPS/INS, CEP < 10m)
  • Bombes MK-82 (227kg) sur kit de guidage laser LGK (12km, CEP <10m)
  • Bombes MK-82 (227kg) sur kit de guidage HGK (28km, GPS/INS, CEP <6m)
  • Bombes MK-82 (227kg) sur kit de guidage KGK (110km, GPS/INS, CEP <10m)
  • Bombes MK-83 (460kg) sur kit de guidage KGK (110km, GPS/INS, CEP <10m)
  • UMTAS missiles antichar (8km, masse 37,5kg)
  • MAM L (14km, laser, masse 22,5kg, charge explosive 10kg)
  • Bombes MK-81 (119kg) sur kit de guidage TEBER-81 (28km, GPS/INS/LASER, CEP <3m)
  • Bombes MK-82 (227kg) sur kit de guidage TEBER-82 (28km, GPS/INS/LASER, CEP <3m)
    Cirit missile (8km, laser)
  • Missile air-air Gökdoğan et Bozdoğan
  • Missile de croisière furtif SOM-A (250km, attaque de cible terrestre et navale)

Drone HALE TAI ADVANCED UAV

Le développement d’un drone HALE similaire au GlobalHawk américain, évoluant à très haute altitude (60000ft) est en cours. Il n’ y a pas plus d’information à ce sujet. Le développement prendra plusieurs années. Il faudra attendre pour en savoir plus. A suivre.

Bombe Miniature (MB) (équivalent au GBU-39 SDB américain)

La Bombe Miniature (MB) est une bombe planante guidée de précision destinée à permettre aux avions de transporter un plus grand nombre de bombes plus précises. La plupart des avions de l’armée de l’air Turque pourront transporter plus de 8 Bombe Miniature (MB). Le côut unitaire de ces bombes est très faible comparé au missile de croisière ou autre bombe avec kit de guidage.

La petite taille de la bombe permet à un avion de transporter plus de munitions qu’il n’est possible avec les unités de bombardement actuellement disponibles. De ce fait, un seul aéronef (drone ou F-16), pourra mener une attaque de saturation chirurgicale avec plus de 8 bombes de précision à plus de 110km de distance et avec un coût très minime.

  • Portée : +110km
  • Précision (CEP) : < 10m
  • Guidage : GPS/INS (prochainement infrarouge, laser)
  • Pénétration : 1 m de béton armé beton à 55km
  • Masse : 139kg
  • Diamètre : 17cm
  • Longueur : 180cm
  • Intégration : F-16, Hürjet, T-FX, drones ANKA, AKSUNGUR, AKINCI, etc

Les tests de la Bombe Miniature (MB) se poursuivent avant la production en série 2020.

Avion de chasse d’attaque léger Hürjet

TAI développe un avion de chasse léger indigène. Pratiquement tout est fabriqué localement, seul le moteur, qui est un Eurojet EJ-200 est importé. Le premier vol est prévu pour 2022 et la production en série pour 2024 avec un moteur importé.

L’avion sera équipé d’un radar AESA indigène à la pointe de la technologie en cours de développement (Phase 1). L’avionique et tous les sytèmes de bord appartiennent à la 5eme génération.

Caractéristiques

  • Radar GaN AESA
  • Haute contrôlabilité de l’angle d’attaque
  • Affichage tête haute (HUD)
  • Écran d’affichage monté sur casque
  • Pleine autorité, Commandes de vol électriques digital FCS
  • IHM de pointe, temps de conversion minimal vers F-35 et TF-X
  • Intra & Inter datalink
  • Compatible NVG (AJT, LIFT)
  • Ravitaillement en vol
  • Entretien aisé
  • Entraînement tactique embarqué et systèmes d’entraînement constructifs virtuels en direct
  • APU pour un fonctionnement autonome, même à partir d’un aérodrome austère
  • Envergure : 9,8 m
  • Longueur : 13 m
  • Hauteur : 4,2 m
  • Superficie de l’aile : 24 m
  • Poussée : 19200 lb
  • Plafond de service : 13716 m (45000 ft)
  • Virage soutenu : 6,5g @ 15000 ft <0.9M
  • Vitesse de montée : 35000 pi/min
  • Portée : 2592 km
  • Capacité de charge utile : 2721 kg
  • Vitesse maximale : 1,4 Mach
  • Limites G : +8G / -3g

TAI développe un moteur d’avion de chasse indigène, mais fabriquer un moteur de ce type représente le sommet de l’art en matière technologique et recquiert beaucoup de temps. TAI a donné un délais de 13 ans pour le moteur d’avion de chasse indigène. D’ici là, le Hürjet va voler avec un moteur d’importation, le Eurojet EJ-200.

Radar AESA GaN

Le développement d’un radar AESA ultra-sophistiqué utilisant la technologie dernier cri à base de GaN (Gallium Nitride) est rentré dans la Phase-1 il y’a peu. Ce radar sera probablement terminé dans deux ou trois ans maximum.

Il est composé de plus de 1000 unités T/R (Transmitter Receiver Modules) qui sont capables de capturer la tension maximale de 6,5kV qu’un F-16 peut produire, chaques unités possèdant 20W de puissance avec une puissance de crête de +30W.

  • Radar multi-fonctions
  • Missions air-air et air-sol imbriquées.
  • Fiabilité et disponibilité élevées du système
  • Reconnaissance des cibles non coopératives
  • Reconnaissance automatique des cibles
  • Protection électronique et environnement RF
  • Support électronique
  • Attaque électronique
  • Recherche à portée étendue
  • Traque pendant le balayage
  • Traque de cibles multiples
  • Guidage à mi-parcours
  • Évaluation du raid
  • Détection météo
  • Manœuvres de combat aérien
  • Stripmap SAR
  • Spotlight SAR
  • Mappage du terrain
  • Indication/suivi d’une cible en mouvement au sol
  • Recherche surfacique navale et ISAR
  • Télémétrie air-sol
  • Aiguisage par faisceau Doppler
  • Determination altitude automatisée

Ce radar AESA GaN va être intégré dans les F-16 turcs dans le cadre du programme de modernisation indigène ÖZGÜR les ramenant au niveau F-16 block 70 / VIPER.

L’avion de chasse Hürjet va également être équipé de ce radar AESA GaN indigène. Quand au MMU-TFX, comme il sera produit bien plus tard (vers 2033), il sera équipé d’un nouveau radar AESA extrêmement avancé développé à partir de celui-ci

Pour info voici les principaux radars sur les avions de chasse. Le nombre de modules T/R du radar AESA GaN d’Aselsan est supérieur à 1000. Le nombre total de modules T/R n’est pas encore connue il sera précisé dès que disponible.

ASELSAN est en train de construire du premier coup un radar AESA GaN très sophistiqué concurrent des meilleurs radars mondiaux ! Nul doute que les prochaines améliorations seront spectaculaires.

Modernisation ÖZGÜR des F-16 (équivalent block-70 / F-16 Viper)

Le programme de modernisation ÖZGÜR (« libre » en turc) des F-16 se poursuit. Les F-16 block-30 turcs (environ 35 exemplaires) vont subir une modernisation complète dans le cadre du programme ÖZGÜR afin de les ramener au niveau block-70 / F-16 Viper. Ce sera également le cas pour tous les F-16 turcs.

Cockpit avant –> après

La modernisation ÖZGÜR des F-16 comprend entre autres :

  • Radar AESA GaN indigène
  • Casque avec affichage intégré Aselsan
  • Ordinateur de bord Aselsan
  • IFF indigène
  • Multi-Function display Aselsan (affichage multifonction)
  • Interface digital Aselsan
  • Cockpit Aselsan de 5ème génération
  • Pod de reconnaissance et de ciblage haute-performance ASELPOD
  • Navigation inertielle Aselsan LN-280
  • etc…

Alors que tous les pays possédant des F-16 sont contraints de demander l’autorisation au régime américain pour acheter un paquet de modernisation F-16 Viper (block-70), la Turquie sera bientôt capable grâce au programme ÖZGÜR, de moderniser l’ensemble de sa flotte de F-16 avec du matériel indigène de 5eme génération, permettant ainsi de faire passer automatiquement ses F-16 au niveau Viper / block-70 de Lockheed Martin.

Non seulement les F-16 turcs seront prochainement ramenés au niveau block-70 / Viper mais ils vont également être équipés d’armements indigènes turcs derniers cris:

  • Missile de croisière SOM 1 / 2
  • Missile air-air Göktüg
  • Munitions de précision ingidènes (KGK, JGK, Teber, Bombe Miniature, etc)
  • Pod de guerre éléctronique indigène
  • Pod de ciblage et de reconnaissance haute-précision ASELPOD
  • Radar AESA GaN ultra-sophistiqué indigène
  • etc…

Tout cela permettra à la Turquie de développer et construire ses propres avions de chasse (Hürjet, TFX) avec la quasi-totalité des matériels d’origine indigène, armement compris.

Avion de chasse 5ème génération MMU TF-X

Le développement d’un avion de chasse furtif de 5eme génération a débuté il y’a quelques années. 100 ingénieurs de BAE (royaumme-uni) participent au développement du MMU TFX et apportent un soutien technologique dans certains domaines.

Les essais tunnels de certains systèmes ont déjà débuté.

EDIT 17/06/19

Le premier mock-up du MMU TF-X a été présenté au salon du bourget à Paris 2019. La géométrie externe semble être fixée. Cela signifie qu’une étape clé du développement aérodynamique a été franchie.

Le développement est actuellement en Phase 1 (Stage 1) et passera en Phase 1 (Stage 2) dans deux ans. Une enveloppe initiale de 14 milliards de $ a été allouée au developpement du TF-X (il faudra rajouter les 12 milliards de $ initialement prévus pour l’achat de 110 F-35, heureusement annulé par le régime américain, argent qui sera redistribué pour le TF-X)

Le premier vol du prototype est prévu pour 2026 avec deux moteurs d’importation (2 General Electric F110).

Temel Kotil, directeur général de TUSAŞ, a déclaré que le TF-X était construit sur la base du moteur General Electric F110, le premier vol du prototype va être réalisé avec 2 moteurs General Electric F110 en 2025-2026, jusqu’à que ces moteurs étrangers soient remplacés par les moteurs indigènes.

Le choix du moteur General Electric F110 est judicieux, car ce moteur est déjà produit sous license par TAI depuis une dizaines d’années. Après tant d’années, TAI maîtrise pratiquement toutes les étapes de construction et un nombre significativement stratégique de parties du moteur General Electric F110 sont construites localement par TAI.

De ce fait, même avec un ambargo du régime américain, la Turquie pourra toujours développer le TF-X sur la base du moteur General Electric F110. Dans le pire des cas si besoin, 2 ou 3 moteurs General Electric F110 appartenant à certains F-16 block-30 turcs seront extraits pour être utilisés dans les prototypes du TF-X et ainsi assurer la continuité du développement (cannibalisme logistique).

De toute façon, le 08/11/18, TRMOTOR a signé le contrat pour le développement du moteur d’avion de chasse indigène qui équipera le TF-X. Un délais de 13 ans a été évoqué pour la production en série, ce qui est une durée réaliste compte tenu de la complexité d’un tel moteur d’avion de chasse de 5eme génération. Le moteur indigène est prévu pour être intégré dans le TFX pour sa production en série vers 2033.

Pour en savoir plus consultez le site de TEI

Les caractéristiques techniques seront actualisées dès qu’annoncées

Caractéristiques générales

  • Envergure : 14 m
  • Longueur : 21 m
  • Hauteur : 6 m
  • Poussée : 2 x 27000 lb
  • Plafond de service : 55000 ft
  • Vitesse maximale : 1,8 Mach
  • Limites G : +9.0 g & -3.5 g

Caractéristiques de conception

  • Faible observabilité
  • Compartiments d’armes internes
  • Connaissance situationnelle accrue
  • Supercroisière
  • Fusion de capteurs

Capacités opérationnelles

  • Multi-rôle et swing-rôle
  • Supériorité aérienne
  • Au-delà de la portée visuelle (BVR)
  • À portée de vue (WVR)
  • Un avion – Toute mission
  • Améliorations continues (block)

Avionique et capteurs

  • IRFS (radar AESA, système de guerre electronique)
  • Fonctions de navigation avancées (ICNI)
  • IEOS (IRST, EOTS, etc)
  • Cockpit avancé / IHM

Le TF-X sera équipé d’un système de ciblage électro-optique multifonction léger, performant et abordable qui permettra un ciblage air-air et air-sol de précision. Ce système furtif à faible traînée est intégré au fuselage du TF-X avec une fenêtre en saphir ultra-résistant et sera relié à l’ordinateur central intégré de l’avion par une interface à fibre optique haute vitesse.

Ce capteur combinera des fonctions de recherche et de poursuite infrarouge. Il améliorera la connaissance situationnelle des pilotes et permettra aux équipages d’identifier les zones d’intérêt, d’effectuer des reconnaissances et de lancer avec précision des armes guidées par laser et par satellite.

Un système simillaire peut être le EOTS du F-35A.

Un tel projet militaire est le plus haut niveau technologique que puisse atteindre un pays à l’heure actuelle. La Turquie poursuit avec une extrême détermination ses objectifs d’indépendance militaire totale, l’échec n’est pas une option, la réussite est indispensable, c’est une question de survie.

Système d’avion sans pilote MIUS

BAYKAR MAKINA développe un drone armée furtif, ce sera un drone similaire au Northrop Grumman X-47B mais de taille plus petite. Si on veut comparer avec un système similaire on peut citer le Wingman de Boeing.

Il servira entre autre pour des missions d’attaque stratégique, suppression SEAD, soutien aérien.

Plus d’information seront données avec l’avancement du programme.

Liaison de donnée stratégique Link-M (indépendant de liaison 16/ OTAN)

L’entreprise MilSOFT a développé un système de liaison de donnée stratégique similaire au Link-1 1/16/22 OTAN qui s’apelle Link-M. Ce système de liaison de donnée stratégique a été testé avec succés et il possède des performances bien supérieures à ces concurrents occidentaux. Grâce à la Link-M, la Turquie est en train de créer un système de liaison de donnée stratégique totalement indépendant de celui de l’OTAN. C’est une avancée très importante.

Avion de transport stratégique Antonov AN-188

La Turquie développe en partenariat avec Antonov un avion de transport stratégique l’Antonov AN-188. Plus d’informations seront publiées avec l’avancement du projet.

Système de défence anti-aérien courte portée Hisar-A

Système de défense anti-aérien courte portée Hisar-A (+15km). Développé pour assurer la protection des systèmes anti-aérien de longue protée contre les missiles de croisières, hélicoptères, avions, drones, et missile air-sol. Il fonctionnera en coordination avec le Korkut CIWS.

La production en série est prévue pour 2021

Système de défence anti-aérien moyenne portée Hisar-O

Portée 25km minimum. Production en série prévue pour 2022.

  • Charge explosive : Fragmentation explosive élevée
  • Tête chercheuse : Guidage mi-parcours avec INS et guidage terminal avec liaison de données et IIR (Imaging Infrared Seeker)
  • Moteur : propergol solide à double impulsion
  • Capacité de lancement vertical avec une efficacité à 360°
  • Moteur fusée à deux étages
  • Système de contrôle vectoriel de poussée
  • Interface d’intégration multiplateforme
  • Dispositif d’impact et de proximité
  • Boîtier commun et interface de connexion ombilicale pour Hisar-A et Hisar-O

Système de défence anti-aérien longue portée SIPER (Hisar-U)

Portée +150km. Production en série prévue pour 2024. Plus d’informations seront publiées quand disponible.

Missile de croisière furtif SOM

Le SOM est un missile de croisière furtif air-sol. Sa portée réelle est inconnue mais il est supérieure à 250km.

  • Cible navale et terrestre
  • Guidage par GPS/INS/Navigation par terrain référencée/Navigation basée sur l’image/ALT
  • Reconnaissance automatique des cibles
  • Capacité de croisière rase-motte ou ras de mer
  • Furtif et précis
  • Intégration réseau (network enabled capacity)
  • Vitesse Mach 0.94
  • SOM-1 : 300km
  • SOM-2 : 800-1000km

Le missile SOM est totalement indigène, moteur inclus (turboréacteur KALE KTJ 3200)

Plus de 1000 SOM sont dans l’inventaire. Une commande récente de 480 SOM a été passée.

Une version block-2 est en développement depuis 2015. Il doit être surement terminée depuis, aucune déclaration officielle n’a été donnée, il semble que cette information soit gardée secrète pour des raisons de sécurité. Les prochaines versions devaient avoir entre 800 et 1000km de portée.

Missile balistique tactique BORA

BORA est un missile balistique tactique d’une portée de 280km avec une charge explosive de 470kg. Production en série depuis 2018.

Il possède une précision métrique (CEP < 3m) contre des cibles situées à 280km. De ce fait c’est un missile balistique pouvant cibler et détruire des cibles stratégiques comme des batteries de défense anti-aérienne, des installations critiques, des pistes d’aéroports, etc.

Une version block-2 est en développement (ou déjà en service ? peu d’infos sont disonibles sur ces sujets) et possèdera 1000km de portée.

Missile anti-navire ATMACA (version navale et terrestre)

Missile anti-navire ATMACA. Production en série depuis 2019. Il va remplacer les missiles HARPOON sur les navires de guerre turcs.

Le missile ATMACA possède des caractéristiques supérieures à ses concurrents comme l’Exocet MM40 Block 3 ou le 84L Harpoon.

Une version améliorée ATMACA block 2 est en cours de développement.

L’ATMACA est entièrement indigène, seul le moteur, un Microturbo TR 40 de Safran, est importé, mais KALE vient de terminer son turboréacteur indigène KALE KTJ 3200 qui va bientôt être produit en série fin 2019.

Le turboréacteur indigène KALE KTJ 3200 va remplacer le Microturbo TR 40 de Safran dans les missiles anti-navires ATMACA et missile de croisière SOM indigène. Le turboréacteur KALE KTJ 3200 possède une durée de vie de 5h bien supérieure au 30min du Microturbo TR40.

EDIT 04/05/19

Grâce au moteur indigène KALE KTJ 3200, la charge explosive de l’ATMACA est passée à 250kg et sa portée à 250km ! De quoi faire de gros dégâts contre n’importe quel navire ennemi.

La Turquie prévoit de produire une version ATMACA terrestre qui va être positionné tout le long des côtes. La version terrestre de l’ATMACA block 1 et ses 250km de portée permettra d’assurer une protection anti-navire impréssionnante.

Le moindre navire ennemi approchant à moins de 250km sera à portée d’une attaque de saturation par des centaines d’ATMACA…

Une fois que l’ATMACA block 2 version terrestre sera développé, la portée sera encore plus dissuasive. En d’autre termes, tout navire ennemi à 500km (block-2) de la Turquie sera bientôt à la merci d’une attaque de saturation par des centaines d’ATMACA, impossible à stopper.

EDIT 04/05/19

L’ATMACA possède des capacités évasives avancées. Voico une vidéo test où le missile évolue à une vitesse subsonique en rase-motte et atteint sa cible avec une grande précision. Le missile ATMACA est également résistant contre la guerre éléctronique.

Famille de turboréacteur KALE

KALE vient de terminer son turboréacteur KALE KTJ 3200 indigène qui va bientôt être produit en série fin 2019. La Turquie fait son entrée dans le club fermé des pays capables de produire des moteurs de ce type.

Le turboréacteur indigène KALE KTJ 3200 va remplacer le Microturbo TR 40 de Safran dans les missiles anti-navires ATMACA et missile de croisière SOM indigène. Le turboréacteur KALE KTJ 3200 possède des caractéristiques et une durée de vie de 5h bien supérieures au 30min du Microturbo TR40.

Une nouvelle famille de turboréacteur KALE vient de naître, des versions avec des poussées plus puissantes sont déjà en cours de développement, similaires aux TR 50 et TR 60 de Safran.

Le missile de croisière Gezgin va utiliser une version plus puissante du turboréacteur KALE KTJ.

Satellite de télécommunication militaire/civil TÜRKSAT-6A

TÜRKSAT-6A est le premier projet de satellite de communication turc à promouvoir le développement des technologies nécessaires et la production avec des capacités nationales. Le projet a été financé par TÜBİTAK et le ministère des Transports, des Maritimes et des Communications. TÜRKSAT A.Ş. est l’utilisateur final et sera le propriétaire du satellite une fois la phase de mise en service terminée avec succès. Dans le cadre du projet, TÜBİTAK UZAY, en tant que contractant principal, s’est associé à TAI, ASELSAN et CTECH pour mettre en commun leur expérience et leurs capacités dans les technologies spatiales accumulées au fil des ans, notamment dans les projets RASAT et GÖKTÜRK-2 et en cours IMECE.

Le satellite sera placé sur une orbite géostationnaire de 42°E et aura une masse au lancement de plus de 4 tonnes. Le système sera conçu pour fournir des services commerciaux et militaires pendant au moins 15 ans.

TÜRKSAT-6A apportera des capacités avancées pour des applications de transfert de données élevées et sécurisées avec 20 répéteurs en bande Ku qui peuvent fonctionner simultanément. Il sera équipé de 16 répéteurs actifs et 4 répéteurs redondants en bande Ku qui couvrent l’Europe, la côte nord de l’Afrique, le Moyen-Orient, l’Inde et l’Indonésie, en plus de la Turquie. Dans le cadre de ce projet, de nombreux équipements indigènes acquerront un patrimoine spatial et constitueront une base solide pour les futurs projets spatiaux de la Turquie.

Ce satellite représente un pas de géant pour la Turquie qui fait parti désormais des rares pays capables de produire, tester et lancer son propre satellite national.

Alors que les satellites TÜRKSAT-5A et 5B sont indigènes à 25%, le satellite TÜRKSAT-6A sera indigène à 100%. Il sera lancé après les satellites 5A et 5B et créera un réseau national de satellites d’une valeur d’environ 1 milliard de dollars. L’achèvement réussi du projet 6A, pris en charge par ASELSAN, TÜBİTAK Uzay, Turkish Aerospace Industries (TAI) et C-Tech, marquera une pierre angulaire des technologies aérospatiales et satellitaires turques.

Satellite de reconnaissance GÖKTÜRK-2

Le premier satellite électro-optique à haute résolution de Turquie, GÖKTÜRK-2, a été conçu par Turkish Aerospace et TÜBİTAK Space cooperation.

En plus de répondre aux exigences des forces armées turques en matière d’images à haute résolution, GÖKTÜRK-2 est utilisé pour des activités civiles telles que le contrôle des forêts, le suivi des constructions illégales, l’évaluation rapide des dégâts après des catastrophes naturelles, la détermination des frontières agricoles et la collecte de données géographiques. Le projet a également fourni à l’industrie nationale la capacité de développer ses propres engins spatiaux en Turquie, y compris la conception, l’intégration et l’infrastructure d’essais environnementaux.

Le premier satellite de télédétection à haute résolution de Turquie GÖKTÜRK-2 a été transporté de Turkish Aerospace (Ankara) au centre de lancement de satellite de Jiuquan le 23 novembre 2012 et lancé le 18 décembre 2012 du centre de lancement de satellite de Jiuquan, en Chine avec un lanceur LM-2D.

Caractéristiques techniques du satellite GÖKTÜRK-2 :

  • Orbite : Soleil Synchrone
  • Altitude : ~ 700 km
  • Période : ~ 98 minutes
  • Contact quotidien avec la station au sol : ~ 40 minutes (jour + nuit)
  • Couverture : Couverture mondiale
  • Délai de révision : Moyenne 2,5 jours
  • Masse : < 409 kg.
  • Capacité de stockage d’images : 8 Go + 32 Go (scientifique)
  • Résolution (PAN) : 2,5 m
  • Résolution (MS) : 5,0 m

Satellite de reconnaissance GÖKTÜRK-3

Göktürk-3 est un satellite d’observation de la Terre à radar à synthèse d’ouverture (SAR) et haute résolution qui est conçu et développé sous contrat principal de l’industrie aérospatiale turque (TAI) avec le soutien des industries électroniques militaires (ASELSAN) et de l’Institut de recherche en technologies spatiales (TÜBİTAK UZAY) du ministère de la Défense nationale turque.

Le projet consiste à fournir des images à très haute résolution de n’importe quel endroit du monde, de jour comme de nuit et dans n’importe quelle condition météorologique, sans restriction des eaux territoriales et du domaine aérien, pour répondre aux besoins de l’armée turque. Le lancement du Göktürk-3 est prévu pour fin 2019.

Missile de croisière Gezgin 2500km (naval et terrestre)

Roketsan développe discrètement le missile de croisière Gezgin, similaire au Tomahawk américain. Les prochains navires de guerre turcs seront équipés du missile Gezgin.

Le Gezgin block-1 aura une portée de 800km, le block-2 1400km et le block-3 2500km. Plus d’informations seront publiées quand disponible.

Une version terrestre est également en développement, il va servir à installer des centaines de batteries côtières de missile de croisière Gezgin contre tout navire ennemi à portée dans un rayon de 2500km ! De quoi anéantir tout groupe aéronaval un peu trop prétentieux.

La production en série est prévue pour 2021.

Missile anti-navire hypersonique (ramjet)

Le développement d’un missile anti-navire hypersonique (ramjet) est en cours depuis plusieurs années. Ce projet est secret, aucune information n’est disponible pour le moment. A suivre.

Missile air-air de la famille GÖKTUĞ

TÜBITAK est en train de finaliser le développement des missiles air-air indigènes de la famille GÖKTUĞ.

Le missile Bozdoğan remplacera les AIM-120 AMRAAM. C’est un missile air-air à guidage radar actif. Sa portée, tenue secrète, est de minimum 65km dans sa version block-1. Les prochaines versions atteindront 150km de portée.

Le missile Gökdoğan remplacera les AIM-9X/L/M. C’est un missile à guidage infrarouge. Sa portée, tenue secrète, est de minimum 25km dans sa version block-1. D’autres versions augmenteront sa portée.

Les tests au sol des missiles de la famille GÖKTUĞ se sont déroulés avec succés. Après les tests en conditions réelles, la production en série commençera en 2020.

Le futur avion de chasse indigène Hürjet uilisera les missiles GÖKTUĞ. Quand au MMU-TX, il va utiliser des versions améliorées (block-3 ou 4) qui seront bien supérieures à tous les concurrents existants (comme le METEOR, etc)

Canon éléctromagnétique ŞAHİ209 (Mach 8+)

La compagnie YET poursuit le développement de son canon éléctromagnétique ŞAHİ209. En un cours laps de temps, ils sont passés du block 1 au block 2 avec une puissance de 10 mégajoule, 50km de portée, Mach 6+..

Le prototype 12 atteindra 100 mégajoule, 150km de portée et une vitesse de Mach 8+

Canon éléctromagnétique Aselsan TUFAN (Mach 10+)

En cours de développement.

Canon laser

TÜBİTAK BİLGEM a présenté son arme à énergie dirigée laser de 20kW lors de l’IDEF-19.

Le développement de version beaucoup plus puissante continue.

Corvette furtive multirôle MILGEM

4 corvettes furtives multirôle MILGEM de la classe Ada sont en service. Ces navires avaient pour but de permettre l’acquisition des technologies maritimes nécessaires pour la construction de navires de guerre plus puissant comme les frégates ISTIF et les destroyers TF-2000.

Au début, les corvettes de la classe Ada n’avaient pas tous leurs équipements d’origine indigène, mais au fur et à mesure, actuellement pour le quatrième navire TCG F-514 Kinaliada, plus de 80% des équipements sont indigènes.

Les corvettes Ada sont modernisées avec du matériel indigène en parallèle à la progression de l’industrie de défence turque. Par exemple, les missiles HARPOON seront bientôt remplacés par le missile ATMACA supérieur, le système de gestion de combat indigène Genesis est actuellement améliorée par une version supérieure GENESIS ADVENT, HIZIR, torpilles ORKA, HISAR-naval, etc…

C’est également le cas pour les autres navires de guerre achetés à l’étranger, ils sont eux aussi en cours de modernisation complète avec du matériel indigène de haute technologie.

Famille d’effecteurs anti-torpille ZOKA

Les effecteurs ZOKA sont capables de fonctionner efficacement contre n’importe quelle menace de torpille à localisation acoustique fonctionnant en mode actif, passif ou combiné. Deux types d’effecteurs ZOKA, les brouilleurs et les leurres, sont utilisés dans :

  • le système de contre-mesure anti-torpille soft-kill HIZIR pour les navires de surface
  • et le système de contre-mesure anti-torpille soft-kill ZARGANA pour sous-marins

Les effecteurs ZOKA sont les plus avancés au monde.

  • Les brouilleurs (jammers) ZOKA émettent des bruits de haut niveau à large bande pour saturer les gammes de fréquences acoustiques de fonctionnement de toutes les torpilles existantes. De cette façon, ils masquent le bruit des sous-marins contre les torpilles passives et réduisent la portée de détection des signaux d’écho réfléchis par le sous-marin en augmentant le niveau de bruit environnant contre les torpilles actives.
  • Les leurres (decoys) ZOKA trompent et confondent la torpille en simulant les caractéristiques acoustiques et dynamiques de la plate-forme et attirent la torpille vers eux. Les leurres ZOKA ont des sections de réception et d’émission séparées. Un hydrophone est remorqué par l’arrière du leurre. Le fait d’avoir des unités de réception et d’émission séparées permet au leurre de générer du bruit et de l’écho d’impulsions torpilles actives en même temps.

L’utilisation combinée des leurres et brouilleurs ZOKA est très efficace contre les torpilles acoustiques. Les effecteurs ZOKA de différentes longueurs sont mobiles dans le plan vertical et/ou horizontal et peuvent être lancés à partir de lanceurs de navires de surface, d’éjecteurs de signaux sous-marins et de lanceurs hors-bord sous-marins.

HIZIR : système anti-torpille soft-kill pour navires de surface

HIZIR, le système de contre-mesure de torpilles d’ASELSAN pour les navires de surface, localise les torpilles ennemies et conseille les tactiques de contre-mesures appropriées grâce à son réseau de détection de torpilles à l’état de l’art. En plus du mode entièrement automatique, le système détecte et choisit la tactique de contre-mesure optimale dans sa base de données et attend l’approbation de l’utilisateur pour lancer l’opération.

Le système HIZIR est composé de :

  • Réseau (grille) de détection de torpilles (800m de long)
  • Leurre remorqué
  • Câble de remorquage
  • Treuil
  • Télécommande de treuil
  • Unité de traitement du signal
  • Panneau de contrôle de l’utilisateur
  • Lanceur
  • Unité de commande à distance du lanceur
  • Leurres acoustique jetables DULGER de la famille ZOKA (Expendable Acoustic Decoys)

Le réseau remorqué est doté d’une structure hydrophone triple avec des algorithmes avancés de détection, de classification et de localisation qui résolvent immédiatement l’ambiguïté gauche-droite des menaces de torpilles sans que le navire ait à manœuvrer. Grâce à cette caractéristique, le système HIZIR peut détecter les torpilles à plusieurs kilomètres de distance, ce qui donne au navire un temps de réaction suffisant. Une fois qu’une torpille est détectée, le système conseille à l’opérateur la tactique la plus appropriée pour échapper à la menace de torpille. Ces tactiques comprennent la manœuvre d’évitement du navire, les paramètres opérationnels et les temps de menoeuvre du leurre remorqué et le schéma et temps de déploiement des leurres jetables.

Le leurre remorqué est une unité programmable qui émet un bruit acoustique à large bande pour masquer le bruit de son propre navire.

D’autre part, les leurres acoustique jetables DULGER émettent un bruit à large bande pour interrompre l’engagement de la torpille. Les leurres DULGER trompent et confondent la torpille en simulant les caractéristiques acoustiques et dynamiques de la plate-forme et attirent la torpille vers eux. Les leurres DULGER ont des sections de réception et d’émission séparées. Un hydrophone est remorqué par l’arrière du leurre. Le fait d’avoir des unités de réception et d’émission séparées permet au leurre de générer du bruit et de l’écho d’impulsions torpilles actives en même temps.

Le système est intégré au sonar, au système de gestion intégrée des données de combat en réseau GENESIS ADVENT et à l’unité de distribution des données du navire. Le système HIZIR est capable de détecter les menaces de torpilles à une distance de plusieurs kilomètres pour une contre-réaction instantanée.

Le système HIZIR d’ASELSAN remplace le système britannique Ultra Electronics Sea Sentor Surface Ship Torpedo Defence (SSTD). Le système HIZIR est bien plus avancé que le système britannique.

HIZIR a été testé avec succès contre la torpille européenne la plus avancée DM2A4 !

En juin 2018, un responsable d’Aselsan a informé MONCh que le système de contre-mesure anti-torpilles HIZIR avait effectué avec succès un test de déploiement contre une version d’entraînement de la torpille lourde DM2A4. La torpille a été lancée contre la corvette de classe MILGEM ADA BURGAZADA, lors de ses essais d’acceptation en mer, d’une portée de 10 à 12 km et a été repoussée avec succès de la cible par des leurres. HIZIR utilise l’émulateur de cible autopropulsé jetable DULGER et le brouilleur autopropulsé MEZGIT, deux membres de la famille des leurres anti-torpilles acoustiques ZOKA. Le système se compose d’un sonar passif remorqué de 800 m de long, d’un leurre remorqué situé à la distance de 650 m du réseau, de lance-leurres pour DULGER et MEZGIT, de systèmes électroniques et mécaniques connexes.

Mustafa Kaval, directeur général adjoint d’Aselsan, a déclaré à MONCh en mai 2018 que :

« HIZIR a passé tous les tests avec succès. a effectué cinq autres tests, il a été prouvé que notre système est beaucoup plus efficace qu’un système étranger (ndlr : système britannique Ultra Electronics Sea Sentor Surface Ship Torpedo Defence) »

Cela signifique que les navires et futurs navires de guerre turcs sont virtuellement invincibles contre les torpilles européennes tirées depuis les sous-marins d’attaque européens.

Voici une vidéo expliquant le fonctionnement du système HIZIR

ZARGANA : système anti-torpille soft-kill pour sous-marins

Le système anti-torpille pour sous-marin ZARGANA assure la survie des sous-marins contre les attaques de torpilles par une opération autonome et des capacités de réaction rapide. Le système est conçu pour fonctionner de manière intégrée avec des systèmes sous-marins collectant des données en temps réel ainsi que des données fournies par l’opérateur.

Le système ZARGANA utilise les très sophistiqués brouilleurs et leurres acoustiques de la famille ZOKA (voir plus haut).

Le système ZARGANA recueille essentiellement les données relatives aux plates-formes et aux menaces provenant des systèmes sous-marins et effectue la détection, la classification et la localisation pour fournir des tactiques de contre-mesures de torpilles avec la plus grande probabilité d’évasion. Les tactiques comprennent des conseils sur les manœuvres d’évitement pour les sous-marins, le schéma de déploiement et le temps de déploiement des brouilleurs acoustiques et des leurres de lancement.

Grâce à sa conception flexible et à sa structure modulaire, permettant une adaptation aisée en fonction des besoins, le système peut être intégré à différentes plates-formes sous-marines.

Vidéo des tests en conditions réelles et principe de fonctionnement (à partir de 1min)

TORK : système anti-torpille hard-kill

TORK, est une torpille anti-torpille visant à détruire (hard-kill) les torpilles à guidage acoustiques, filoguidées, non filoguidées et de repérage qui sont tirées contre des navires de surface et sous-marins. TORK se déplace vers la torpille ennemie grâce à sa tête sonar en mesurant précisément la distance qui les sépare et explose à une distance appropriée pour détruire ou endommager la torpille ennemie.

TORK peut coopérer avec les systèmes anti-torpille soft-kill ZARGANA et HIZIR afin de maximiser la capacité de défense contre les torpilles ennemies.

Avec l’intégration du TORK à l’HIZIR et au ZARGANA dans un proche avenir, les navires de surface et les sous-marins turcs vont acquérir une très haute capacité de défence combinée soft-kill et hard-kill, les rendant pratiquement intouchables par les torpilles ennemies.

Le TORK fait actuellement l’objet d’essais de manœuvre en mer, tandis que les essais de performance avec sa tête sonar acoustique ont eu lieu 2017. Il va bientôt être intrégré dans toutes les platformes navales turques.

Vidéo des essais en mer

TORK veillera à ce que les biens de grande valeur et d’importance stratégique, tels que les sous-marins et les navires de surface, puissent naviguer en mer de manière beaucoup plus sûre.

Torpille ORKA de lutte anti-sous-marine (ASW)

Aselsan a developpé ORKA, une torpille légère de guerre anti-sous-marine (ASW ; Anti-Submarine Warfare) qui remplacera les torpilles étrangères Raytheon Mk46 mod 5 et Mk54 en 2020.

La nouvelle torpille légère semble dérivée du système de contre-mesure anti-torpille hard-kill Aselsan TORK. Aselsan a conçu la torpille ORKA de manière à ce qu’elle puisse être déployée à partir d’aéronefs et de navires de guerre de surface.

La torpille ORKA est un concurrent direct des torpilles comme le MU90 Impact franco-italien.

La fourniture d’une torpille ASW légère complétera le canal d’approvisionnement de la Turquie en systèmes de lutte anti-sousmarine (ASW) d’origine nationale. Aselsan commercialise déjà son propre sonar à profondeur variable (VDS), qui peut être intégré aux frégates et corvettes. Le VDS permettra de détecter rapidement les menaces subaquatiques, ce qui déclenchera à son tour un processus d’engagement anti-soumarine.

HIZIR-LFAS Variable Depth Sonar

Le HIZIR-LFAS (Low Frequency Towed Active Variable Depth Sonar) est un sonar actif remorqué basse fréquence à profondeur variable. Le HZIR-LFAS permet aux navires de surface de détecter les menaces sous-marines, en particulier les sous-marins, même ceux extrêmement furtif.

Le système est conçu pour déployer les grilles à une profondeur optimale afin d’effectuer un levé continu à 360 degrés avec une colonne d’eau bien couverte, surmontant ainsi les conditions de propagation difficiles et les problèmes de couche de surface (zone thermique) inhérents au sonar monté sur coque.

HIZIR-LFAS est interopérable avec le système HIZIR pour une capacité de lutte anti-soumarine active et passive extrêmement avancée.

L’un des rares concurrents du HIZIR-LFAS Variable Depth Sonar peut être le CAPTAS-4 de Thales.

Capacités du système

  • Algorithmes des sonars actifs indigènes
  • Détection et localisation de cibles actives à basse fréquence
  • Détection longue portée
  • Architecture sonar bi-statique/multi-statique
  • Interopérabilité avec le système HIZIR
  • Traitement adaptatif du signal à la pointe de la technologie
  • Structure hydrophone triple : résolution instantanée du problème d’ambiguïté droite/gauche

Configuration du système

  • Réseau de transducteurs avec capacité de transmission active à basse fréquence
  • Système de treuil pour déployer, récupérer et arrimer le réseau de transducteurs et le réseau de détection
  • Amplificateurs haute puissance
  • Armoire électronique
  • Panneau de contrôle utilisateur

Capacités techniques

  • Vitesse de fonctionnement : 5 noeuds – 15 noeuds
  • Vitesse de survie : 30 noeuds
  • Types d’impulsions : CW, FM, Combo FM/CW
  • Niveau de la source : > 200dB re 1µPa
  • Plage de détection : > 50kyds

Voici une vidéo montrant le fonctionnement combiné du système HIZIR, HIZIR-LFAS et la torpille anti-soumarine ORKA.

Torpille lourde pour sous-marin AKYA

Remplacera les torpilles étrangères. En cours de finalisation. Production en série fin 2019.

  • Longuer 7 m
  • Diamètre 53.3 cm.
  • Masse 1200kg
  • Propulsion : éléctrique
  • Portée 15 km
  • Vitesse max 40 kt (74 km/h)
  • Guidage : tir et oubli, sonar acoustique passif/actif, fibre optique filoguidée, détecteur magnétique, détecteur de traînée
  • Charge explosive 380 kg
  • Cible : sous-marine et surfacique

Frégate furtive multirôle ISTIF

La première frégate furtive multirôle ISTIF TCG-ISTANBUL (F-515) est terminée à 50%. La mise à l’eau est prévu pour Septembre 2019 et l’entrée en service pour 2020-2021.

9 navires sont prévus.

Pratiquement 85% des systèmes sont indigènes. Les frégates seront équipées, entre autres :

  • Sonar monté sur coque dernière génération YAKAMOS 3
  • TORK : système anti-torpille hard-kill
  • HIZIR : système anti-torpille soft-kill
  • Aselsan HIZIR-LFAS Variable Depth Sonar (sonar actif remorqué à basse fréquence)
  • Aselsan ARES-2N système de guerre éléctronique
  • Aselsan AHTAPOT SeaEye système Electro-Optique (reco & surveillance & ciblage)
  • Aselsan AKR-D Block 2 radar de contrôle de tir (120km de portée)
  • Aselsan ALPER LPI radar de navigation tactique et de surveillance (Low probability of Intercept)
  • Aselsan PIRI système de traque et de recherche infrarouge
  • Aselsan LAWS (Laser Warning System)
  • Aselsan WAIS (système d’identification automatique des navires de guerre)
  • KALKAN système de lancement de paillettes et leurres
  • Système de gestion intégrée des données de combat en réseau GENESIS ADVENT
  • SATCOM indigène
  • 16 VLS (Vertical Launch System)
  • ATMACA missile sol-sol block-1 (portée > 250km, cible navale et terrestre)
  • ORKA torpille anti-soumarine
  • ASRLS (DSH-RAS) système de lancement de roquette anti-sous-marin
  • GÖKDENIZ CIWS 35mm (remplace les PHALANX CIWS obsolètes)
  • T625 Gökbey helicoptère navale (lutte anti-soumarine/attaque naval avec missile TEMREN)
  • 25 mm Aselsan STAMP

Presque tous ces systèmes sont en production en série ou en phase de l’être.

Destroyer furtif lourd multirôle TF-2000

La Turquie sera au côté d’un petit nombre de pays capables de développer/produire/intégrer des moyens stratégiques pour construire l’un des meilleurs navires de guerre de la taille d’un destroyer, le TF-2000, qui fournira suffisamment de dissuasion pour protéger les intérêts nationaux dans les mers turques.

Comme les destroyers TF2000 arrivent dans quelques années, certains systèmes présentés ci-dessous pourraient être remplacés par des versions encore plus sophistiquées. L’article sera mis à jour dès que possible.

Les destroyers TF-2000 seront des monstres surarmés :

  • Sonar monté sur coque nouvelle genération YAKAMOS L
  • TORK : système anti-torpille hard-kill
  • HIZIR : système anti-torpille soft-kill
  • Aselsan HIZIR-LFAS Variable Depth Sonar (sonar actif remorqué à basse fréquence)
  • CAFRAD radar AESA GaN multifonction (450km)
  • Aselsan ARES-2N système de guerre éléctronique
  • AHTAPOT SeaEye système Electro-Optique (reco & surveillance & ciblage)
  • KIRLANGIC système Electro-Optique
  • Aselsan AKR-D Block 2 radar de contrôle de tir (120km de portée)
  • Aselsan ALPER LPI radar de navigation tactique et de surveillance (Low probability of Intercept)
  • PIRI système de traque et de recherche infrarouge
  • Aselsan LAWS (Laser Warning System)
  • Aselsan WAIS (système d’identification automatique des navires de guerre)
  • KALKAN système de lancement de paillettes et leurres
  • VATOZ système de gestion de combat
  • Système de gestion intégrée des données de combat en réseau GENESIS ADVENT
  • SATCOM indigène
  • 64-80 VLS (vertical launch system)
  • ATMACA missile sol-sol block-2 (portée > 500km, cible navale et terrestre)
  • GEZGIN missile de croisière attaque sol-sol (block-3 : 2500 km)
  • HISAR-naval système anti-aérien sol-air (portée > 150 km)
  • Canon éléctromagnétique SAPAN (ou TUFAN)
  • ORKA torpille anti-soumarine
  • ASRLS (DSH-RAS) système de lancement de roquette anti-sous-marin
  • GÖKDENIZ CIWS 35mm (remplace les PHALANX CIWS obsolètes)
  • T625 Gökbey helicoptère navale (lutte anti-soumarine/attaque naval avec missile TEMREN)
  • 25 mm Aselsan STAMP

Les TF-2000 seront également équipés par une nouvelle version du système de gestion de combat de la prochaine génération, le Système de gestion intégrée des données de combat en réseau (GENESIS ADVENT).

Récemment, les essais du Système de gestion intégrée des données de combat en réseau (GENESIS ADVENT), mis au point conjointement par HAVELSAN et le Centre de recherche naval turc, ont été achevés. La particularité de GENESIS ADVENT, c’est qu’il permet la mobilité interarmées de tous les navires avec son support réseau. Ainsi, le système GENESIS ADVENT permet de prendre des décisions plus rapidement. En outre, les navires de guerre de deux mers différentes pourront participer à un exercice en même temps. Le système est déployé sur le navire militaire national MİLGEM 4 KINALIADA et devrait être prêt au combat à l’été 2019. Les TF-2000 seront certainement équipés d’une version encore plus sophistiquée du GENESIS ADVENT.

  • Radars nationaux CAFRAD à base de GaN intégrés dans un réseau de contrôle-commande appelé « Genesis AdVent ». Les puces et modules GaN sont produits par l’institut AB mikronano qui est JV d’Aselsan et Bilkent.
  • Le système de lancement vertical (VLS) développé sur les plates-formes navales accueillera le système indigène de missiles de défense aérienne de courte, moyenne et longue altitude appelé « Hisar-Naval »
  • Le système de lancement vertical (VLS) lancera non seulement des missiles SAM, mais aussi un missile de croisière d’attaque terrestre équivalent au Tomahawk appelé « Gezgin » qui est conçu pour atteindre 800 km pour la version Blk1, 1400 km pour la version Blk2 et 2500km pour la version Blk3.
  • Un missile surface à surface indigène appelé « ATMACA » considéré comme supérieur aux missiles Harpoon américains sera le principal vecteur de frappe, le tout contrôlé par un système de gestion de combat indigène.
  • Les sonars actifs/passifs indigènes « Yakamos » ont différentes variantes comme Blk 1,2,3 et L intégrés/à intégrer sur différents types de bâtiments de combat naval afin de répondre aux différents besoins. Un nouveau sonar à fibre optique est en cours de développement. Des transducteurs et hydrophones haute performance indigène sont également développés au niveau national.
  • Ares-2N/NS, détecteur et système de contre-mesures électroniques d’attaque et de soutien sur les navires de surface, c’est un système éprouvé utilisé sur les navires de guerre turcs qui est capable de fournir une zone de sécurité grâce à ses puissantes contre-mesures éléctroniques.
  • Systèmes de protection contre les torpilles actives/passives appelé « Hızır » pourra brouiller les torpilles ennemis (soft-kill) . Il y aura également un système anti-torpilles hard-kill appelé « Tork » qui engage physiquement les torpilles ennemis.
  • Korkut-D ou sous son nouveau nom GÖKDENIZ, système de défense contre les missiles anti-navire à ras de mer.
  • La variante navale de l’hélicoptère indigène T625 Gökbey sera déployée sur les frégates navales/LHD.
  • L’hélicoptère T625 Gökbey transportera des missiles d’une portée de Blk1:18km, Blk2:30km en cours de développement qui remplaçeront les missiles Hellfire/Penguin américain. Le principe du nouveau missile est d’engager les plates-formes en mouvement tout en restant hors de portée des missiles RAM. Le nom du projet est « TEMREN » et les premiers essais de tir ont été effectués avec succès à partir d’hélicoptères Seahawk.
  • Canon éléctromagnétique SAPAN, en cours de test, équipera les destroyers TF-2000.

Tandis que la Corée du Sud, la Norvège, l’Espagne, l’Australie, le Japon et d’autres pays achètent des systèmes de gestion de combat et des missiles américains, la Turquie conçoit, développe et fabrique des dispositifs, des missiles et des capteurs pour équiper ses propres navires de la taille d’un destroyer avec les ressources purement nationales énumérées ci-dessus.

L’entrée en service operationnelle est prévue pour 2027 (date possiblement avancée), la mise à l’eau est prévue plus tôt.

Au moins 7 exemplaires seront construits.

Radar naval AESA ultra-longue portée CAFRAD

CAFRAD est le radar AESA GaN développé par ASELSAN pour le destroyer lourd TF2000. C’est un radar AESA GaN multifonction d’éclairage, de contrôle de tir très longue portée.

ÇAFRAD combine la conception locale avec les dernières avancées technologiques, y compris les modules d’émission/réception à l’état solide, le traitement du signal numérique, la compression d’impulsions, la poursuite de cibles multiples, la stabilisation électronique du faisceau et les contre-contre-mesures électroniques avancées.

Sous-système d’antenne IFF active et non rotative

  • Mode d’interrogation 1/2/3/C/S/5 conforme au STANAG 4193
  • Portée de 450 km

Radar actif multifonction à réseau phasé actif

  • Bande X
  • Recherche par volume et horizon
  • Détection, poursuite et classification des cibles aériennes/surfaciques
  • Détection et poursuite rapides de cibles de petite taille évoluant à ras de mer
  • Poursuite précise de cibles multiples
  • Portée de 150 km
  • Capacité de traque >1000

Radar d’illumination à réseau de phase actif

  • Bande X
  • Guidage semi-actif de missile
  • Portée de 150 km

Radar de recherche à longue portée à réseau phasé actif

  • Bande S
  • Recherche de volume longue portée
  • Détection, poursuite et classification des cibles aériennes/surfaciques
  • Portée de 450 km
  • Capacité de traque >2000

Pour rappel, voici les principaux radar AESA dans le monde :

  • 150 km Poliment 5P-20K ( Admiral Gorshkov class Frigate of the Russian Navy ) … RUSSIE
  • 190 km Lockheed Martin AN/SPY-1D ( Arleigh Burke class Destroyer of the US Navy ) …. US
  • 222 km FCS-3 ( Akizuki class Destroyer of the Japanese Navy ) …… JAPON
  • 250 km EL/M-2248 MF-STAR ( Kolkata class Destroyer of the Indian Navy ) … ISRAEL
  • 320 km Raytheon AN/SPY-3 ( Zumwalt class Destroyer of the US Navy ) …. US
  • 400 km BAE Systems SAMPSON ( Type-45 class Destroyer of the Royal Navy ) … UK
  • 400 km Thales SMART-L ( Horizon class Destroyer of the French Navy ) …. FRANCE
  • 450 km H/LJG-346B ( Type 055 class Destroyer of the Chinese Navy ) … CHINE
  • 450 km Aselsan CAFRAD ( TF-2000 class Destroyer of the Turkish Navy ) … TURQUIE

Les frégates/destroyers du régime américain utilisent actuellement des radars de la série AN-SPY-1 F/K/B/D(V). Le même radar (variante internationale D(V)) a été proposé à la Turquie dans le cadre du paquet Aegis (Missile+CMS) pour le TF-2000 mais il a été rejeté par les responsables turcs. Par la suite, les Etats-Unis ont développé le radar SPY-3 pour le Zumvalt et développent actuellement la série SPY-6. Les radars SPY-1 ont également été sélectionnés par la Norvège, l’Espagne, la Corée du Sud et le Japon.

Quand on vérifie les caractéristiques générales des systèmes, on se rend compte que l’industrie turque a développé un système de radar à réseau de phase actif naval appelé ÇAFRAD qui sera de loin supérieur à la série SPY-1.

Le radar SPY-3 peut être un rival de CAFRAD avec des points +/- mais CAFRAD a quelques avantages dans des conditions générales.

Je vais prendre la meilleure variante SPY-1 (D) pour comparer ses caractéristiques avec celles de CAFRAD.

  • SPY-1 a 4350 modules chacun, tandis que CAFRAD a 5000 modules.
  • SPY-1 utilise la technologie radar GaAs, tandis que CAFRAD utilise la technologie nationale supérieure GaN.
  • Capacité de poursuite simultanée de cibles SPY-1 : 200 par réseau x 4 = 800 cibles, ÇAFRAD UMR peut suivre plus de 2000 cibles simultanément.
  • SPY-1D peut détecter une cible de la taille d’un missile balistique avec une portée de 310 km, tandis que CAFRAD est capable de détecter une cible de même taille avec une portée de 450 km.
  • L’US Navy et l’US AirForce utilisent des interrogateurs IFF longue portée AN/UPX-41(C) Mod5S fabriqués par BAE comme système ami/ennemi standard d’une portée de 300 miles. ÇAFRAD utilise les interrogateurs IFF Mk XIIA(S) d’Aselsan d’une portée de 250 milles et une altitude de 50 000 pieds.

Le radar américain de nouvelle génération appelé AN-SPY-3, qui a été intégré sur les destroyers Zumvalt, a des avantages par rapport à la famille SPY-1. Il dispose d’un radar bi-bande (combinaison de bandes X et S). Il a une portée similaire de 320 km. Il est capable de couvrir 360 degrés avec une combinaison de radars 3 faces, ce qui est un bon facteur pour réduire les coûts. Je n’ai pu obtenir aucune information sur la capacité de poursuite de cible.

Ce qu’il faut retenir c’est qu’ASELSAN a développé du premier coup un radar AESA GaN si avancé qu’il rivalise voir dépasse le dernier radar AESA américain AN-SPY-3 qui équipe les destoryers Zumvalt. Nul doute que les futures variantes du CAFRAD seront parmis les meilleurs radars AESA existants sur terre.

Les tests du CAFRAD se sont déroulés avec succés. CAFRAD a réalisé le guidage radar et l’illumination contre une cible haute vélocité avec un missile ESSM (Evolved Sea Sparrow Missile)

La Phase 2 du développement a débuté. Le CAFRAD sera prêt en 2023 et pourra être intégré sur les destoryers furtifs lourd TF-2000 pour 2024.

Bayraktar LST

La classe Bayraktar est une classe Landing shit tank (LST) construits en Turquie. Les deux navires amphibies de cette classe ont été construits pour la marine turque par Anadolu Shipyard. Les LST répondront aux besoins opérationnels actuels et futurs du commandement des forces navales turques.

Les LST sont principalement destinées aux missions amphibies et au transport de troupes et de matériel, tandis que leurs missions secondaires comprennent l’aide humanitaire, les secours en cas de catastrophe, l’assistance médicale et le transport.

Les LST sont équipés d’un monocoque de taille moyenne supérieure en acier. Chaque navire est conçu pour répondre aux exigences de la marine turque en matière de tenue en mer et de stabilité, et aura une durée de vie prévue de 40 ans. Les navires sont conformes à la convention MARPOL 73/78 de l’OMI et aux règles de sauvegarde de la vie humaine en mer (SOLAS).

Les navires amphibies rapides sont équipés d’un armement important et sont capables de transporter de grandes quantités d’armes et de munitions, ainsi que des marines à l’appui des opérations amphibies. Le TCG Bayraktar servira également de navire amiral et de navire de soutien logistique.

Les navires de cette classe peuvent être exploités dans des conditions d’état de mer de niveau 5 et de niveau 6 ou supérieur, avec certaines limitations. De plus, les navires supporteront un nombre illimité d’opérations d’hélicoptères dans des conditions d’état de mer 4.

Chaque navire a une longueur de 138,75 mètres, une largeur de 19,60 mètres et un tirant d’eau de moins de 2 mètres à l’avant et de moins de 5 mètres à l’arrière à pleine charge. Le déplacement du navire est de 7254t et la capacité de charge est de 1 200t, y compris un mélange de véhicules ou de marchandises sur pont découvert.

Les LST ont un équipage de 12 officiers, 51 sous-officiers et 66 matelots, ainsi que 17 officiers et 350 marins du quartier général du Groupe interarmées.

2 navires LST de classe Bayraktar sont en service.

Sous-marin anaérobie AIP classe REIS type U214

La construction des sous-marins anaérobie (AIP) de la classe Reis basé sur le sous-marin Type 214 sous license du constructeur allemand Howaldtswerke-Deutsche Werft GmbH (HDW) est en cours.

Les sous-marins REIS sont construits à plus de 80% avec du matériel indigène de haute technologie.

Les systèmes de propulsion anaérobie (ou AIP, abréviation de Air Independent Propulsion en anglais) sont un type relativement récent de systèmes de propulsion pour sous-marins pouvant fonctionner longtemps sans utiliser d’air extérieur, ce qui évite au sous-marin anaérobie de sortir son schnorchel, limitant sa vulnérabilité. Le système de propulsion anaérobie apporte aux sous-marins conventionnels une amélioration notable de leur autonomie en plongée et par conséquent de leur discrétion, leur furtivité.

Les systèmes de propulsion anaérobie fiables sont relativement récents (une vingtaine d’années), et font appel à plusieurs techniques (et donc à des performances variables), allant du simple ajout de réserves d’oxygène liquide à un sous-marin Diesel-électrique à des technologies récentes comme la pile à combustible (utilisée dans les sous-marins Reis)

Leur développement depuis le début du XXIe siècle et leurs performances constituent un avantage certain pour des pays qui n’ont pas accès à la propulsion nucléaire, très chère. Ces systèmes ne sont pas totalement indépendants de l’atmosphère, comme peut l’être la propulsion nucléaire permettant de rester plusieurs mois en plongée et de maintenir dans la durée des vitesses importantes. Ces bâtiments nucléaires se font malgré tout maintenant concurrencer sur certains plans de la furtivité. En effet, ces cœurs nucléaires ne peuvent être mis en veilleuse, leur signature acoustique et thermique les trahissent beaucoup. Les nouveautés propulsives bousculent la pertinence des SNA (sous-marin nucléaire d’attaque)

Les sous-marins Reis seront les premiers sous-marins AIP à pile à combustible en service en Turquie, remplaçant quatre sous-marins diesel-électriques de classe AY (Type 209/1200).

Ils seront équipés du système de gestion du combat ISUS-90/72, des torpilles lourdes indigènes AKYA, des missiles ATMACA Block I/II.

A l’origine, la classe devait s’appeler CERBE, mais en 2014, d’importantes modifications de conception ont été apportées pour répondre aux exigences de la Marine Turque et pour résoudre certains problèmes techniques liés à la conception par l’industriel allemand HDW.

L’ancien commandant de la marine Turque, l’amiral Bülent Bostanoglu, a déclaré publiquement que les ingénieurs turcs avaient trouvé cinq défauts de conception majeurs dans les sous-marins Type 214 de l’allemand HDW et développé des solutions pour eux. Le sous-marin qui en résulte, plus long et plus lourd que le CERBE, a été rebaptisé REIS.

Sur les 6 sous-marins à construire, 3 sont déjà en cours de construction au chantier naval de Gölcük, les livraisons se feront dans l’ordre :

  • TCG Piri Reis (S-330) : 2021
  • TCG Hızır Reis (S-331) : 2022
  • TCG Murat Reis (S-332) : 2023
  • TCG Aydın Reis (S-333) : 2024
  • TCG Seydi Ali Reis (S-334) : 2025
  • TCG Selman Reis (S-335) : 2026

Après les sous-marins Reis, la Turquie prévoit de construire une classe de sous-marin d’attaque totalement indigène MILDEN qui sera équipé de missile de croisière GEZGIN, de missile ATMACA, de torpilles lourde AKYA, et d’autres équipement nationaux. A suivre.

LHD TCG-ANADOLU et TCG-TRAKYA

Le TCG Anadolu (L-400) est un navire d’assaut amphibie (LHD) de la marine turque qui peut être configuré comme porte-avions léger. Elle tire son nom de la péninsule d’Anatolie (turque : Anadolu) qui forme la majorité de la masse terrestre de la Turquie. La mise à l’eau est prévue en 2019 et la mise en service opérationnelle pour 2021.

Ce navire LHD servira à répondre aux différents besoins et exigences des forces armées turques, tels que le soutien à long terme, le combat militaire longue distance ou les opérations humanitaires, tout en servant de poste de commandement et de navire amiral de la marine turque.

Le consortium Sedef-Navantia a remporté l’appel d’offres pour le projet LPD/LHD de la marine turque et le TCG Anadolu (L-400) utilisera le même design que celui du navire espagnol SPS Juan Carlos I (L-61). Tous les systèmes d’armes du navire seront achetés par les sociétés turques Aselsan et Havelsan. Le navire sera équipé d’un système turc de gestion du combat, le GENESIS-ADVENT, qui sera intégré par Aselsan et Havelsan. L’atterrissage de l’avion est assisté par un radar d’approche de précision Leonardo SPN-720 par tous les temps.

Navantia fournira la conception, le transfert de technologie, l’équipement et l’assistance technique au chantier naval Sedef de Turquie pour la conception et le développement du TCG Anadolu (L-400), qui est classé comme porte-avions léger/LHD par Turkish Lloyd.

Il sera capable d’exploiter 12 F-35B STOVL en configuration porte-avion.


Navire de guerre éléctronique TCG UFUK (navalSOJ)

La mise à l’eau du TCG-Ufuk (navalSOJ) a été effectuée.

Ce navire est un navire de guerre éléctronique similaire au KORAL terrestre. Il servira à brouiller, détruire les moyens radios ennemis.

Il est également équipé pour réaliser des missions de renseignement ELINT / COMINT / SIGINT

Ses caractéristiques réelles sont gardées secrètes. Il n’y a pas plus d’information disponible.

Lanceur spatial Roketsan UFA

Missile balistique intercontinental

d’autres système en cours d’écriture….

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s